Depuis l’annonce faite par le chef de l’Etat demandant à la Plateforme de retirer ses hommes d’Anefis, sans condition, les hommes du Gatia ont fait un grand mouvement dans le cercle d’Ansongo. Plusieurs hommes armés ont transité par la capitale du poisson vers Ménaka, semant la panique chez les rares combattants de la Cma qui se trouvaient dans les environs de Ménaka, lesquels ont tous replié vers Kidal.

rebelle touareg mnla cma gatia combat azawad nord mali kidal

Selon nos sources, les éléments de la Plateforme se préparaient pour faire face aux récentes menaces de la Cma qui annonçait avoir reçu des renforts en provenance de la Libye, de la Mauritanie et du Burkina Faso.

Au même moment, dans la région de Tombouctou, la Cma était à l’œuvre à Acharane. Des combattants de la Cma ont coupé le tronçon Tombouctou- Goundam obligeant les usagers de la route à scander ‘’vive Azawad’’ avant de les renvoyer vers leur localité de provenance. Dans l’après-midi à Echelle, toujours dans la région de Tombouctou, des combattants de la Cma ont pillé le village, puis oublié un des leurs lors du repli. Ce dernier a été tué par les populations. Plus tard, 2 hélicos de la Minusma se sont posés dans le village.

IBK a oublié

Le président de la République, lors de la dernière étape de sa tournée à Kolondiéba, s’est étonné en disant : «Qu’est-ce qui a été fait ? Ceux qui ont passé avant nous ont fait quel travail dans ce pays ?» C’était à propos des conditions de vie des populations de Kolondiéba. IBK découvrait donc ainsi Kolondiéba. C’est dire que pendant la campagne électorale, le candidat IBK n’a pas été à Kolondiéba. Mieux, il pense qu’il n’a rien fait par le passé.

Car il a été Premier ministre pendant au moins 6 ans, en tant que tel, qu’est-ce qu’il a fait pour Kolondiéba ? IBK n’est pas un homme nouveau : il était aux affaires pendant les 20 dernières années dans ce pays. S’il veut accuser les gens, il ne doit pas oublier qu’il a été au cœur de tout ça. Ceux qu’ils accusent sont comme lui.

D’ailleurs, depuis maintenant deux ans qu’il trône à Koulouba, qu’a-t-il fait ? Allez voir les populations, oui, rencontrer les Maliens, oui, mais il ne faut pas s’étonner de leur sort. Quand bien même qu’il était là pendant les dix ans de l’Adéma, 5 ans président de l’Assemblée nationale. Avant le coup d’Etat, il était député. Il ne doit pas oublier la vérité et la réalité.

Des tentes climatisées

Oui, IBK est un bourgeois ! Il n’est pas partisan de la médiocrité, mais de l’excellence et du travail bien fait. On se souvient qu’on lui avait déroulé le tapis rouge à Marakacoungo lors de la journée de vaccination du cheptel. Pendant sa tournée, les organisateurs auront tout fait pour ne pas décevoir le chef de l’Etat. C’est pourquoi dans les brousses de Sikasso, des tentes climatisées avaient été installées partout lors des différentes cérémonies. Même les chaises et autres fauteuils rembourrés avaient été transportés de Bamako.

L’eau minérale et même la nourriture ! C’est dire que les populations de Sikasso, surtout celles qui évoluent dans ces domaines, n’ont rien bénéficié de ce voyage du président. Les agences et structures qui misaient sur le voyage du président, pour pouvoir renflouer leurs caisses, ont été déçues car les organisateurs qui étaient venus avec tout.

Au détriment des locateurs de chaises qui avaient misé sur cette tournée, en renforçant leur effectif et en achetant du matériel. Ce fut la déception. Selon un des membres de l’organisation de cette tournée, ils n’avaient pas droit à l’erreur et le temps était compté. Et le président n’aime pas les choses à la légère. Est-ce convainquant ?

Karim fait un pas

Enfin le président et les membres de la commission Défense nationale et protection civile de l’Assemblée nationale viennent de sortir de leurs bureaux. Mais, attention, Karim Keïta et ses hommes, pardon, et les députés de cette commission ne se sont pas rendus à Anefis, encore moins à Gao ou Mopti. Ils ont fait leur show à Bamako où ils ont visité les commissariats du district. Ils ont commencé par la direction générale de la police.

Pour l’occasion, le directeur général était en tenue, Hamidou Kansaye, et était entouré de ses plus proches collaborateurs. La commission dit avoir été rassurée, oui comme toujours. Cette commission en panne d’activités a fait du paraître parce que toutes les commissions de l’Assemblée nationale sont allées sur le terrain. Cette commission en avait peut-être marre d’écouter le ministre de la Défense, celui de la Sécurité intérieure, même souvent les ministres chargés de la Communication, du Commerce et de l’Industrie.

Il était temps d’aller faire un tour sur le terrain. Sans quoi, cette commission a un vaste champ d’action. Mais, comme l’a dit le professeur Abdoulaye Niang, il y a une question de personnalité : le président de la commission défense devrait vraiment être quelqu’un de charismatique, qui connaisse bien les rouages de la défense et de la sécurité.

La quête des postes

Le parti présidentiel, qui est en train d’accueillir tout le monde (politiciens, avocats, cadres, fonctionnaires, paysans qui font de la politique, hommes d’affaires, opérateurs économiques…), se trouve en difficulté. Car chacun est venu pour avoir quelque chose. Des promesses leur avaient été faites. Mais d’autres sont venus sans rien demander.

Bien avant cela, Bocary Treta avait promis de faire placer 500 militants RPM aux postes de responsabilité. Une pratique qui lui ressemble beaucoup, car quand l’Adéma était aux affaires, Bocary Treta faisait partie des coutumiers de ce fait. C’est pourquoi de nos jours, des jeunes recrutés par le RPM font le porte-à-porte dans les services publics.

Cela, pour demander la coloration politique des premiers responsables. Cela est en cours dans les services publics. Et gare à ceux qui diront qu’ils ne sont pas du RPM ! Ils seront illico tous remplacés, comme les préfets et sous-préfets qui viennent de perdre leur poste. Car pour prendre en otage l’appareil d’Etat, et gagner les élections à venir, le RPM a promis et juré, même s’il faut tricher, d’agir ainsi !

A.I.M. signe son retour

Non programmée depuis la fin du mois de janvier 2015 dans la présentation du journal télévisé de 20 heures, A.I.M. (Aïssata Ibrahim Maïga), l’enfant de Gao, revient à la présentation du 20 heures. Elle était de présentation le vendredi 28 août 2015, après sept mois d’absence. Aïssata assure aussi les éditions de 13 heures, les flashes de 10 heures et 18 heures.

Cette décision relève, en théorie, du rédacteur en chef qui fait la programmation des présentateurs en fonction des hommes et femmes dont il dispose afin de bien faire ce travail, qui n’est pas facile, surtout que le journal de 20 heures est la grande attraction des horaires d’information de l’ORTM.

En tout cas, ces derniers jours, les accros à la boîte de Bozola commencent à se plaindre d’une autre présentatrice, qui n’a pas la diction nécessaire, mais qui, selon des responsables de l’ORTM, apprend vite et écoute les gens (leur obéir). Avec le retour d’A.I.M, on saura qui devra s’éclipser du plateau du 20 heures.

Le PMU dans le foot

 

Le Pari mutuel urbain du Mali intervient dans plusieurs domaines. Avec la 55ème édition de la Coupe du Mali de football, cette société citoyenne était présente. Elle ne s’est pas limitée à être présente avec ses couleurs sur la tribune officielle, mais elle s’est associée à la société Orange Mali pour rendre la finale belle.

Car la finale de la Coupe du Mali, c’est la messe du football au Mali. Avec la présence du chef de l’Etat et des autorités.  Le Pari mutuel urbain (PMU-Mali) est également sponsor de la Coupe du Mali de football depuis la phase des quarts de finale. C’est un nouveau partenariat qui lie cette société à la Fédération malienne de football en vue d’accompagner le football malien.

D’ores et déjà, ce partenariat porte fruit aussi pour le plus grand bonheur de notre sport roi. Le PMU a offert beaucoup de gadgets lors de la finale, frappés de son logo. Last but not least, le PMU a offert des équipements à certaines équipes qui ont pris part à cette compétition.

Source: Le Reporter

MALIACTUCrise malienne
Depuis l’annonce faite par le chef de l’Etat demandant à la Plateforme de retirer ses hommes d’Anefis, sans condition, les hommes du Gatia ont fait un grand mouvement dans le cercle d’Ansongo. Plusieurs hommes armés ont transité par la capitale du poisson vers Ménaka, semant la panique chez les...