Soldat_mort jean yves le drian

Après sa brillante intervention au Mali pour stopper l’avancée des djihadistes terroristes vers Bamako à Konna, l’Armée française se déploie au nord du pays. Elle s’emploie avec nos forces à libérer Tombouctou, Gao. Enfin pour Kidal, la France nous montre son vrai visage, son soutien au MNLA. Où est donc la société civile malienne pour magnifier notre indépendance?

La cérémonie d’investiture (bis) d’IBK du 19 septembre devait donner une leçon au président Hollande. Il n’est plus le très populaire au sein de l’opinion nationale malienne. Mais, plutôt Idriss Déby Itno et ses militaires. La raison est toute simple, le peuple se rend compte que la France joue pour le MNLA. D’où ce relâchement de la France provoquant des remous à Kidal et enfin à Tombouctou.

Il est grand temps que le peuple malien manifeste son désaccord avec la France concernant la gestion de Kidal. Puisqu’il est inadmissible que les militaires maliens soient orphelins sur une quelconque partie de leur territoire. Comme c’est le cas actuellement à Kidal avec la présence de seulement moins 300 soldats maliens contre plus de 2500 MNLA et français. Les derniers cités (MNLA et français) faisant la loi comme si Kidal n’est pas une partie du territoire du Mali. Malgré tout cela, nos autorités acceptent et continuent à négocier afin de pouvoir mettre en exergue les clauses de l’accord de Ouagadougou.

LA FRANCE RELACHE

Après l’élection d’IBK et le langage de la fermeté de celui-ci, la France commence à relâcher. D’abord, ce sont des manifestations anti Mali ayant abouti à vandaliser des vitres des voitures de nos ministres. Ensuite, l’explosion d’une grenade aux abords de la banque malienne de solidarité (BMS) et enfin l’attentat perpétré contre le camp de Tombouctou. N’eut été la coïncidence du passage des charretiers, le bilan allait être très lourd. Tout ceci démontre qu’à la date d’aujourd’hui la France ne joue plus franc jeu avec notre pays. Sinon, il est impossible que des individus mal intentionnés puissent se permettre de faire ce genre de montage à l’insu des forces françaises. Cependant, cet attentat est un avertissement sans frais pour nos troupes à rester vigilant et de ne pas compter sur une quelconque autre force en présence. Elles doivent se démêler, comme ce fut toujours, avec leurs moyens de bord. « Aides toi le ciel t’aidera ».

OU EST LA SOCIETE CIVILE?

Notre société civile reste amorphe face à la situation que nous vivons. Il est grand qu’elle s’organise à magnifier notre indépendance en disant non aux 2 poids 2 mesures que la France nous impose. C’est la seule alternative pour mettre fin à la suprématie du MNLA  et ses alliés. Puisqu’au rythme où vont les choses, nous ne sommes pas à l’abri d’un retour à la grande insécurité. D’autant plus que les récentes nominations de chef d’AQMI doivent être étudiées avec beaucoup de tact.
Quoi qu’il en soit, le Mali reste et restera INDIVISIBLE même s’il faut notre sang.
Boubacar DABO       

Source: Zénith Balé