A Bamako depuis le mardi 8 juin, la délégation de la communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a fini avec ses deux jours de visite au Mali, le mercredi 9 juin 2021. Lors du point de presse accordé aux hommes de médias, les émissaires de l’organisation sous régionale affirment été « assurés » par le nouvel fort de la transition, Assimi Goita, et son PM, Choguel Kokalla Maiga.

Venus pour s’assurer du respect des recommandations issues du sommet extraordinaire tenu à Accra, au Ghana, par les chefs d’État, les membres de la délégation de la CEDEAO ne reprochent plus rien aux nouvelles autorités du pays. Lors du point de presse tenu ce mercredi, ils disent avoir été « assurés » par le nouveau locataire de Koulouba, le colonel Assimi Goita, non moins président de la transition, et son premier ministre, Choguel Kokalla Maiga. « C’est une mission du médiateur de la CEDEAO qui fait suite à la tenue du sommet des chefs d’Etat en date du 31 mai 2021, où la conférence avait demandé à la médiation de venir tout de suite à Bamako. C’est dans ce cadre que nous sommes venus à Bamako. Nous avons rencontré le président de la transition, le premier ministre, et les partenaires bilatéraux et multilatéraux qui accompagnent le Mali », expose le porte-parole de la délagation. Ces deux(2) jours de missions ont permis, dit-il, à la délégation de faire le point sur un certain nombre de points qui avaient été pris à Accra. Ainsi, la délégation dit avoir « pris note » de la nomination du nouveau premier civil par le président de la transition. Laquelle nomination avait d’ailleurs été sollicitée par les chefs d’États, lors du sommet d’Accra, explique-le désigné qui s’exprimait en français au nom de la délégation. Avec des détails à l’appui, l’homme en veste tenait à préciser qu’ils ont également été rassurés par les nouvelles autorités, sur les points clés de la transition. « Nous avons été rassurés par le président de la transition et le premier ministre sur le respect des points dans le cadre de la transition. Des paramètres ont été définis, notamment, ajoute-t-il, le respect du délai de la transition, l’organisation des élections présidentielles dans le délai imparti, et les autres élections », affirme-t-il.

Par sa voix, la délégation explique que la question de la non-participation du président de la transition, le premier ministre comme candidat aux échéances électorales présidentielles a été également discutée avec Assimi Goita et Choguel K Maiga. La délégation dit avoir évoqué la mise en œuvre de l’Accord d’Alger avec les nouvelles autorités, et avoue avoir noté la volonté du PM et du président de la transition de former un gouvernement inclusif. Aussi, s’est-elle félicitée des concertations qui ont eu lieu entre Assimi Goita et la classe politique, la société civile. Des actes qui, à comprendre les émissaires, sont salutaires. Sans donner de gage sur la levée de la suspension du Mali des institutions de la CEDEAO par les Chefs d’Etat, les membres de la délégation se sont aussi félicités pour la libération de l’ex-président démissionnaire Bah N’Daw et son premier ministre Moctar Ouane. En substance, la délégation dit avoir obtenu des « assurances » du côté du président de la transition et du premier ministre.

Mamadou Diarra

Source: Journal le Pays- Mali

MaliwebCoopérationCrise malienne
A Bamako depuis le mardi 8 juin, la délégation de la communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a fini avec ses deux jours de visite au Mali, le mercredi 9 juin 2021. Lors du point de presse accordé aux hommes de médias, les émissaires de l’organisation...