La question continue de brûler les lèvres, surtout qu’elle a fini par inspirer à la diplomatie malienne une convocation de l’ambassadeur d’Espagne à Bamako. Les réprimandes lui sont venues d’une déclaration que l’opinion malienne a attribuée au ministre espagnol des affaires étrangères, lequel aurait laissé s’échapper des propos ambigus sur des intentions bellicistes de l’OTAN à l’égard de notre pays. Le ministre, dont le pays a accueilli une rencontre de cette organisation, aurait laissé entendre. En clair, qu’une intervention de l’organisation Nord – Atlantique n’est pas exclue au Mali ainsi qu’au Sahel en cas de menace sur la sécurité des pays membres. Dans un contexte marqué par l’affirmation de souveraineté tous azimuts, les officiels maliens ne sont pas les seuls à être intrigués par une telle réponse du ministre espagnole aux journalistes. Les vidéoman en ont fait leurs choux gras et ont embrasé les réseaux sociaux de protestations contre une hypothèse présentée sous sa facette de déclaration d’intention belliqueuse. Seulement voilà : une telle posture alarmiste jure avec les adhésions massives que rafle au Mali l’intervention que les amis russes mènent en Ukraine, sous le même prétexte fallacieux de menace sur leur insécurité.

 

Source: Le Témoin

MaliwebCrise maliennemaliweb
La question continue de brûler les lèvres, surtout qu’elle a fini par inspirer à la diplomatie malienne une convocation de l’ambassadeur d’Espagne à Bamako. Les réprimandes lui sont venues d’une déclaration que l’opinion malienne a attribuée au ministre espagnol des affaires étrangères, lequel aurait laissé s’échapper des propos ambigus...