-Village assiégé par des présumés terroristes depuis le 3 juillet dernier

Cinq personnes ont été tuées par des hommes armés à Songo, un village de la région de Ségou au centre du Mali, a indiqué, mercredi, a Anadolu, un élu local qui a préféré garder l’anonymat.

« Hier, mardi, des coups de feu ont retenti pendant près de 6 heures, trois personnes ont été touchées avant de succomber faute de prise en charge », a déclaré l’élu communal joint au téléphone par Anadolu.

Le village de Songo est sous l’embargo de présumés terroristes depuis le 3 juillet dernier, a rapporté la même source, ajoutant que samedi dernier, 2 villageois ont été tués.

« Nous sommes désespérés, nous ne connaissons pas l’identité de ces hommes armés. Cela fait 3 mois que personne ne peut entrer ni sortir du village. Nous sommes en manque de tout nourriture et médicaments», a-t-il déploré.

Il a, en outre, souligné que d’autres personnes sont mortes de faim ou par manque de prise en charge médicale..

Le 1er août courant, un élu local avait indiqué à Anadolu la mort de six malades faute de soins, dans le village de Songo, situé dans la Commune de Diabaly (centre,) encerclé depuis le 3 juillet par des hommes armés non identifiés.

” Les habitants n’arrivent pas à évacuer les malades au centre de santé de Kourouma”, avait regretté la même source.

« Nous avons informé le sous-préfet de Sokolo qui a son tour a relayé l’information au gouverneur de la région de Ségou et aux trois ministres de la Défense, de l’Intérieur et de la Réconciliation mais jusqu’à là, aucune réponse », a indiqué la même source.

« Aujourd’hui, toute personne qui tente de sortir du village sera interceptée et tuée par les hommes armés qui ont assiégé la localité» a-t-il déploré.

Selon lui, les habitants sont en manque de produits de première nécessité.

Bamako

Source : AA/Bamako/Amarana Maiga

MaliwebCrise malienneMali actuMalijet
-Village assiégé par des présumés terroristes depuis le 3 juillet dernier Cinq personnes ont été tuées par des hommes armés à Songo, un village de la région de Ségou au centre du Mali, a indiqué, mercredi, a Anadolu, un élu local qui a préféré garder l’anonymat. « Hier, mardi, des coups...