Les autorités maliennes ne ferment pas totalement la porte au dialogue au plan multilatéral, même si les relations avec la Cedeao sont au plus mal. Elles se tournent vers le secrétaire général de l’Onu, Antonio Guterres. C’est le sens du Tweet publié le 19 janvier 2022, du chef de la Junte, Colonel Assimi Goïta exprime la volonté des autorités maliennes d’aller vers les élections, sans toutefois donner un agenda. « J’ai eu un long entretien téléphonique avec le SG des Nations Unies @antonioguterres ce soir. Je lui ai transmis notre engagement pour un retour à l’ordre constitutionnel normal, apaisé et sécurisé et l’ai invité à encourager la communauté internationale à accompagner notre pays », pouvait-on lire.

Loin de satisfaire aux attentes de la communauté internationale, l’homme fort de Bamako souligne dans ce Tweet, sa volonté de garder la main et de rassurer ses soutiens de ce qu’il reste droit dans ses bottes face à l’embargo de la Cedeao notamment. Mais des voix se lèvent de plus en plus pour appeler le régime de Bamako à privilégier le dialogue avec la Cedeao. Mgr Jonas Dembélé, président de la conférence épiscopale malienne, cité par Vatican News, a exhorté le 18 janvier 2022, Assimi Goïta au dialogue avec la Cedeao. «Au regard de sa situation économique et sécuritaire très précaire, le Mali est un malade grabataire. S’il faut infliger à ce malade de lourdes sanctions économiques en plus de l’isoler, on ne pourra s’attendre qu’à la mort de ce grand malade qu’est le Mali», a a-t-il justifié dans un entretien qu’il a accordé à Radio Vatican.

De nombreux observateurs de la situation malienne s’inquiètent du jusqu’auboutisme dont semble vouloir faire preuve les responsables de la junte et les Chefs d’État de la sous-région ouest-africaine. Parce que l’inflation qui se faire sentir dans le pays pourrait être le début d’une dégradation de la situation qui pourrait aggraver la situation sécuritaire déjà précaire.

 

Source: fratmat

MaliwebCrise malienneMalijet
Les autorités maliennes ne ferment pas totalement la porte au dialogue au plan multilatéral, même si les relations avec la Cedeao sont au plus mal. Elles se tournent vers le secrétaire général de l’Onu, Antonio Guterres. C’est le sens du Tweet publié le 19 janvier 2022, du chef de...