Un millier de personnes ont manifesté lundi matin à Gao (nord du Mali) pour dénoncer la « complicité » de l’Opération Serval de la France et de la MINUSMA avec le MNLA (Mouvement national de libération de l’Azawad, un groupe rebelle touareg basé à Kidal), a appris Xinhua de source informée dans cette ville.

 marche protestation kati liberation sanogo amadou haya general kati bamako

Selon un journaliste local, de jeunes Maliens et les mouvements de résistance de la ville brandissaient des pancartes sur lesquelles on pouvait lire « Non à la France et à la MINUSMA. Rentrez chez vous. Vous êtes complices du MNLA ».

A Bamako, quelques dizaines de Maliens ont organisé un sit-in devant l’ambassade de France pour « dénoncer la politique de la France » et « exiger la libération des otages », a constaté le correspondant de Xinhua. Les manifestant ont promis d’y revenir jusqu’à la libération des otages.

Ces manifestations interviennent après la visite du Premier ministre malien Moussa Mara, samedi, à Kidal, qui a été à l’origine d’affrontements entre l’armée malienne et les combattants du MNLA, faisant 36 morts de part et d’autre et une centaine de blessés dont des Casques bleus de l’ONU. En outre 30 personnes ont été prises en otages par les rebelles touaregs, dont huit ont été exécutés, selon la MINUSMA.

Le Premier ministre malien a qualifié « l’acte du MNLA de déclaration de guerre qui sera traitée comme telle » et a promis une « riposte (qui) sera à la dimension de l’acte ».

Agence de presse Xinhua

Mali-web.orgCrise malienne
Un millier de personnes ont manifesté lundi matin à Gao (nord du Mali) pour dénoncer la « complicité » de l’Opération Serval de la France et de la MINUSMA avec le MNLA (Mouvement national de libération de l’Azawad, un groupe rebelle touareg basé à Kidal), a appris Xinhua de source informée...