Au moins 11 membres d’une Communauté touareg ont été tués jeudi par des assaillants non identifiés près de Ménaka, dans le Nord-Est de notre pays, selon une coalition de groupes armés et un élu local.

 

« La Plateforme des Mouvements du 14 juin 2014 d’Alger a appris l’assassinat lâche de 11 civils de la Communauté ibogholitane à Agharangabo (Ménaka) par des individus armés non identifiés », a indiqué dans un communiqué cette coalition bien implantée à Ménaka. Ménaka et sa région, proches de la frontière avec le Niger, font partie de ces vastes zones qui échappent largement ou entièrement au contrôle de l’État malien. Agharangabo est un campement à quelque 65 km au nord-ouest de Ménaka. Les violences qui ensanglantent ce pays du Sahel depuis 2012 sont multiformes : attaques djihadistes, ou crapuleuses et conflits intercommunautaires, auxquels s’ajoutent les rivalités entre groupes armés. La Plateforme qui diffuse une liste de 11 victimes supposées, indique que « ces paisibles civils ont été exécutés le 3 juin 2021 et leurs bétail emporté ». « Ce sont des exécutions sommaires de 11 civils par des hommes armés non identifiés. Ça s’est passé jeudi au cours de trois attaques contre les civils dans cette zone », selon un élu de la région, ayant requis l’anonymat pour des raisons de sécurité.

Cette attaque se produit au moment où l’armée française annonce la suspension de ses opérations conjointes avec les Famas.

Bourama Kéïta

Source : LE COMBAT

MaliwebCrise malienne
Au moins 11 membres d’une Communauté touareg ont été tués jeudi par des assaillants non identifiés près de Ménaka, dans le Nord-Est de notre pays, selon une coalition de groupes armés et un élu local.   « La Plateforme des Mouvements du 14 juin 2014 d’Alger a appris l’assassinat lâche de 11...