Les travaux d’un atelier de formation des formateurs aux Droits de l’homme dans les opérations de soutien à la paix (OSP), se sont achevés vendredi à l’Ecole de maintien de la paix Alioune Blondin Bèye de Bamako sous la présidence du général Mahamane Touré, le directeur général de l’établissement. C’était en présence du colonel Philippe Kleb, le directeur des études de l’EMP, de Marie Bruning, la directrice du stage, et de Mme Dorothée N’Do, la coordinatrice « Droits de l’homme » à la Minusma (Mission multidimensionnelle intégrée des Nation Unies pour la stabilisation au Mali).

Opérations soutien paix stagiaires

La session s’est attachée à développer chez les instructeurs temporaires et permanents de l’EMP des compétences et connaissances en matière de Droits de l’homme dans les opérations de soutien à la paix. Elle leur a permis aussi de s’approprier de nouvelles connaissances leur permettant de dispenser à leur tour des cours avec la plus grande efficacité. Outre un expert en pédagogie venu de Suisse, le corps professoral s’est enrichi d’intervenants de la Minusma et de la force française Serval, chacun animant ainsi un volet complémentaire de cette formation de haut niveau.

Les standards les plus récents utilisés par les Nations Unis ont servi de base au développement de ce tout nouveau cours. Cette formation qui répond à un réel besoin, exprimé sur la totalité du continent africain, est le fruit d’une collaboration tripartie entre la Minusma, le département fédéral des Affaires étrangères suisse (DFEA) et l’EMP.

La session a réuni durant une semaine 21 participants venus de tous les horizons de la société malienne mais aussi du reste du continent africain. La richesse de leurs expériences professionnelles et de leur origine (Mali, Côte d’Ivoire, Bénin, Cameroun) a permis de créer un cadre de travail propice à la réflexion et à l’échange. Pour la première fois, trois stagiaires de la Minusma ont rejoint d’autres participants sur les bancs de l’EMP, augurant une collaboration fructueuse pour l’avenir.

L’Ecole de maintien de la paix  peut aujourd’hui élargir l’éventail de ses actions de formation en proposant un cours sur les Droits de l’homme dans les opérations de maintien de la paix dont les prochaines sessions seront organisées du 25 au 29 novembre et du 2 au 13 décembre à venir. Ces cours sont ouverts aux personnes impliquées ou étant appelées à l’être dans les opérations de maintien de la paix, qu’elles proviennent de la société civile, de la fonction publique ou des corps habillés du continent africain.

Au delà de la satisfaction d’avoir étoffé sa panoplie pédagogique, l’EMP fait la preuve de sa capacité à s’adapter aux besoins du Mali et du continent, et à établir des partenariats durables et tournés vers l’efficacité sur le terrain, comme avec la Suisse et la Minusma dans le cas présent.

Marie Bruning a confirmé ce partenariat en évoquant des ponts bâtis entre plusieurs institutions qui sont l’EMP, la Suisse et la Minusma, de passerelles jetées entre des personnes d’origines et de professions différentes, mais qui ont su unir leurs forces autour de la conception de ce nouveau stage qui vient étayer l’éventail d’expertises disponibles au sein de cette école.

Le général Mahamane Touré a assuré que la session avait renforcé les capacités des instructeurs de l’école qui sont désormais capables à leur tour de vulgariser l’information et de former d’autres cadres.

Kadidia BATHILY

Sourcel’Essor

Mali-web.orgCrise malienne
Les travaux d’un atelier de formation des formateurs aux Droits de l’homme dans les opérations de soutien à la paix (OSP), se sont achevés vendredi à l’Ecole de maintien de la paix Alioune Blondin Bèye de Bamako sous la présidence du général Mahamane Touré, le directeur général de l’établissement....