La presse danoise s’interroge sur les raisons qui ont poussé Bamako à exiger le renvoi chez eux de quelque cent militaires dépêchés dans le cadre de l’opération Barkhane. Certains y voient la conséquence d’une lutte entre Paris et le régime malien, d’autres la main de Moscou.

 

Les soldats danois venaient à peine de débarquer avec armes et bagages dans l’est du Mali que, déjà, le régime en place à Bamako exigeait leur rapatriement. Émis le 24 janvier, l’oukase est justifié par le fait que Copenhague aurait dépêché ce contingent sans avoir obtenu “le consentement du régime militaire en place à Bamako. Une allégation démentie par les autorités danoises.

Pour plusieurs experts interrogés par les journaux du royaume, il faut voir là un nouvel épisode du bras de fer opposant le gouvernement français aux militaires dirigeant ce pays sahélien depuis 2020. Ces derniers “veulent signifier que ce sont eux qui décident au Mali et dire à la France qu’elle que ne peut pas inviter” des forces étrangères sur leur territoire, explique une chercheuse de l’Institut danois pour les études internationales (DIIS), Signe Marie Cold-Ravnkilde, au quotidien Berlingske.

Le contingent danois – une soixantaine de membres des forces spéciales, une équipe chirurgicale et des hommes de soutien – a pour mission d’intégrer la Task Force Takuba qui, au sein de l’opération Barkhane menée par l’armée française au Sahel, doit assister les forces maliennes dans leurs opérations antiterroristes. D’autres pays y contribuent, dont la Suède et la Norvège, sans avoir été sommés de rapatrier leurs militaires, du moins jusqu’à présent. Mardi 25 janvier, le ministre danois des Affaires étrangères, le social-démocrate Jeppe Kofod, a fait savoir que des négociations étaient en cours en vue de trouver une issue.

À Copenhague, le commandement militaire n’a pas divulgué ce que ses soldats arrivés au Mali feront d’ici là. Mais, avance le journal Politiken, “on peut supposer que les Danois feront profil bas et qu’ils ne songeront pas à quitter le camp Peppe”, où ils ont levé le drapeau national rouge et blanc depuis une semaine environ, près de la ville de Ménaka.

Antoine Jacob

Source : Courrier international
MaliwebCrise malienne
La presse danoise s’interroge sur les raisons qui ont poussé Bamako à exiger le renvoi chez eux de quelque cent militaires dépêchés dans le cadre de l’opération Barkhane. Certains y voient la conséquence d’une lutte entre Paris et le régime malien, d’autres la main de Moscou.   Les soldats danois venaient à...