Le Mali, à l’instar des autres pays du monde, a célébré hier, lundi 1er mars 2021, la journée internationale de la protection civile. C’était l’occasion pour le Directeur général de la Protection civile du Mali, le colonel major Seydou Doumbia de faire le point des activités de l’année écoulée et faire également une plaidoirie auprès des autorités transitoires afin de faire la Protection civile du Mali la plus enviée dans la région. C’était sous l’égide du vice-président de la Transition, le colonel Assimi Goïta.

« Une forte protection civile pour préserver l’économie nationale », c’est le thème qui a été retenu cette année. L’objectif recherché par l’Organisation internationale de la Protection civile, selon le colonel major Seydou Doumbia, c’est d’alerter tout un chacun sur les conséquences économiques des catastrophes sur les infrastructures, les outils de production et les acteurs économiques. « Il est donc nécessaire de les protéger car les catastrophes n’épargnent aucun secteur », a déclaré le Directeur général de la Protection civile du Mali. Selon lui, la protection civile, à travers ses multiples interventions, lutte contre les catastrophes. Elle contribue donc à la croissance économique du pays.

Pour le DG, le colonel major Seydou Doumbia, le Mali est en phase avec ce thème.  Cet aspect était, selon lui, déjà pris en compte dans la priorité N°3 du cadre d’action Sendai 2015-2030.

Les efforts dans le cadre du renforcement des services de la protection civile

Au Mali, la protection civile monte en puissance. Elle a connu beaucoup d’amélioration ces dernières années. C’est en tout cas ce qu’a déclaré son Directeur général. « Notre pays a consenti des efforts gigantesques pour renforcer ses services de protection civile, notamment à la faveur de l’adoption et la mise en œuvre de la Loi de Programmation Relative à la Sécurité intérieure (L.P.R.S.I) 201-2021 », a déclaré le DG qui a ajouté que les « effets positifs de la mise en œuvre de cette Loi se traduise par des secours efficaces et de proximité aux populations ». Mais le DG déplore que cette loi arrive à terme alors qu’il y a encore des défis à relever. C’est pourquoi il a sollicité soit d’adapter une nouvelle loi de programmation ou prendre toute autre disposition similaire en vue de soutenir l’élan ainsi amorcé.

Les réalisations de la protection civile du Mali en 2020

2020 a été une année beaucoup difficile, surtout avec la maladie à coronavirus. En plus de cette pandémie, les accidents de circulations, les effondrements de maisons ; les inondations…ont été nombreux. Mais à chaque incident, la protection civile malienne a joué son rôle, selon le colonel major Seydou Doumbia.

D’abord, beaucoup d’efforts ont été, à ses dires, consentis dans l’amélioration des conditions de vie et de travail du personnel. Les acquis à ce niveau, en 2020, sont : l’adoption de deux textes réglementaires afin de doter la Direction générale de la protection civile d’une nouvelle organisation adaptée aux réalités de l’heure.

Dans le domaine du renforcement des effectifs et de la formation, le DG indique que le recrutement et la formation continue de nouveaux personnels se poursuivent activement, conformément à la Loi de programmation relative à la sécurité intérieure 2017-2021.  A en croire le DG, la protection civile du Mali comptera d’ici fin 2021, 4000 hommes, contre 1200 en 2015.

En ce qui concerne le renforcement des capacités opérationnelles, le DG a cité, entre autres : la réception ambulance d’intervention ; la donation de deux engins d’incendie par le gouvernement du japon ; la donation d’un important kit de lutte contre l’épidémie de Covid-19 ; la donation, par la France, de deux postes médicaux avancés pour la prise en charge médicale de nombreuses victimes lors d’une crise de catastrophe…

Dans le domaine des infrastructures, un titre foncier de 05 hectares a été attribué à la protection civile pour la construction de l’École nationale.

Des avancées certaines ont été enregistrées dans le domaine du maillage du territoire. « Nous notons avec beaucoup de satisfaction l’ouverture des directions régionales de la Protection civile de Nioro, Dioïla, Bougouni et Koutiala ainsi que la récente nomination des Directeurs régionaux de Nara, San, Bandiagara,  Kita et Douentza », a entonné le Directeur général de la protection civile.

En ce qui concerne les interventions, selon son DG, la protection civile du Mali a effectué 23 200 interventions en 2020, contre 22 857 en 2019. Au cours de ces interventions, dit-il, 112 400 personnes ont été assistées et secourues.  En plus de ses interventions, de sa participation active dans la lutte contre la pandémie du covid-2019, la protection civile du Mali a, selon son DG, assisté 84.474 rapatriés de plusieurs nationalités.

Avant de terminer, le DG de la protection civile a plaidé pour la fin des travaux de l’école nationale de la protection civile d’ici 2022. Il a dit souhaiter que cette école leur permette de rivaliser les services de protection civile les mieux formés à travers le monde. « Telle est notre seule et unique doléance auprès de votre haute bienveillance, M. le vice-président de la transition », a plaidé le colonel major Seydou Doumbia.

Boureima Guindo

Source: Journal le Pays- Mali

MaliwebCrise malienneSociété
Le Mali, à l’instar des autres pays du monde, a célébré hier, lundi 1er mars 2021, la journée internationale de la protection civile. C’était l’occasion pour le Directeur général de la Protection civile du Mali, le colonel major Seydou Doumbia de faire le point des activités de l’année écoulée...