Actuellement, les nouvelles de la menace  djihadiste  sur la ville de MENAKA,  circulent  grandement. Et ce n’est pas la première fois que la région de MENAKA soit sous la terreur djihadiste, terroriste  et  d’autres criminels hautement dangereux. C’est d’ailleurs à l’image de plusieurs régions du pays, tristement sous influence djihadiste. En vérité, la  question n’est plus de savoir si les terroristes et djihadistes  sont au Mali et y sèment la terreur.

 

En effet, le Mali souffre  bien du terrorisme et du djihadisme  depuis 2012-2013. L’on sait  aussi  que pendant les  années 2012-13, ils ont occupé  les 2/3  du territoire national (tout le septentrion).Ils s’étaient installés  dans  plusieurs régions dont : Kidal, Ménaka, Tombouctou, Gao et une partie de Mopti.

Actuellement, ils continuent   d’y sévir  en volant, pillant les biens des populations.  De même qu’ils continuent de  tuer  et blesser   des  civils et militaires. Les conséquences de leur présence sont  énormes. Ces zones  septentrionales sous menace souffrent de  l’absence de l’autorité de l’État par  l’exclusion de toute l’administration.

Face à ces criminels, les autorités maliennes  sont en train de déployer   tous les moyens  militaires pour les combattre.  Elles  œuvrent  inlassablement  pour   prendre le relais   des  grandes puissances du monde et l’ONU dont leurs interventions, dans la lutte contre  le terrorisme, n’ont  jusqu’à présent  pas donné de  résultats concrets.

L’autorité de l’État et l’administration n’ont pas encore été déployées dans ces régions citées. Alors que, de  son côté, les forces de défense et de sécurité, multiplient quotidiennement  les interventions pour traquer les groupes terroristes  partout sur le territoire national.

La volonté des FAMAS  est  nettement reconnue et appréciée de tous. Et depuis  l’avènement de la transition, seule l’armée a  reçu  les remerciements et honneurs de la population malienne et africaine. Mais  la nature de la guerre contre les terroristes et djihadistes  est  telle qu’il n’est pas facile de vite les neutraliser. C’est une guerre à  symétrie, où ces criminels  se confondent aux populations. Raison pour laquelle  les attaques de ces derniers mois, ont  beaucoup  endeuillé  toute la nation.

Toutefois, il faut  reconnaître  la force et la puissance de l’armée malienne  dans  ses interventions. Des résultats sont nettement  salutaires sur le théâtre des opérations.  La nouvelle de la menace de la ville de Ménaka  suscite  actuellement   la panique et la peur  au sein des populations. Lesquelles,  fortement menacées,  ont  lancé l’alerte. Et puisque la région de Ménaka est régulièrement ciblée, certains en donne  plusieurs  explications  et même  des propositions.

” Le cas Ménaka  est une  véritable  épine dans les  souliers  de ceux (groupes armés) qui nous ont entraînés dans la situation d’insécurité. Il y  a de nouveaux acteurs hétérogènes sur le terrain, qui sont venus  totalement  changer  le  rapport  de  force.

Les faibles qu’ils étaient hier, sont devenus à partir du jeu  des combinaisons, les plus forts et maîtres absolus  avec  des méthodes peu  orthodoxes comme des  enlèvements  de bétail, des assassinats,….” confirment  en privé  certains habitants de la région. Aussi, proposent-ils, que  seul, un débat contradictoire  avec  ressortissants  impliqués  ou non à quelques  degrés  que ce soient, permettra de mieux élucider la situation de MENAKA.

Certes, l’inquiétude  et la panique  sont palpables, mais  les plus Hautes  Autorités  travaillent  à  ce que la vie  des populations  de  la région soit préservée. A cet effet, les forces de défense et de sécurité sont bien en alerte.

Que DIEU bénisse et protège le Mali !

Monoko Toaly, Expert  en Communication et Marketing Politique

Source : Le Pélican

MaliwebCrise malienneNord-Mali
Actuellement, les nouvelles de la menace  djihadiste  sur la ville de MENAKA,  circulent  grandement. Et ce n’est pas la première fois que la région de MENAKA soit sous la terreur djihadiste, terroriste  et  d’autres criminels hautement dangereux. C’est d’ailleurs à l’image de plusieurs régions du pays, tristement sous influence...