Plusieurs régions du Mali sont frappées par des attaques terroristes. Au point que la capitale, Bamako, n’est plus forcément hors de portée des groupes armés.

 

Le Mali a été touché par plusieurs attaques encore ces derniers jours. Hier [05.12.21], deux explosions ont visé un camp de la Minusma à Gao où sont stationnés des soldats allemands de la Bundeswehr. Elles n’ont fait que des dégats matériels selon l’armée allemande.
Vendredi déjà, une autre attaque avait visée un convoi de la Minusma, sur l’axe Kidal-Gao. Un travailleur civil de l’organisation a été tué et un autre blessé.
Le même jour, 31 personnes ont été tuées et autres 17 blessées près de Bandiagara, en Pays Dogon, dans la région de Mopti. Les terroristes s’en sont pris à un bus rempli de passagers…. Ils l’ont mitraillé et ont mis le feu au véhicule.

“L’Etat ne vous oublie pas”

Le gouverneur de la région de Bandiagara, Meissa Fane, s’est d’ailleurs rendu sur place ce week-end, d’abord, a-t-il dit, “pour venir faire le constat sur le terrain”. Autre objectif du gouverneur : “s’entretenir avec la population” à qui il a promis qu’elle ne serait “pas oubliée par l’Etat malien” qui serait “en train de prendre toutes les dispositions pour circonscrire” l’insécurité.

Depuis plusieurs mois maintenant, la région de Ségou est assiégée par des hommes armés. Leur présence entraîne à la fois insécurité et déplacement de population.

Farabougou, toujours assiégé

Dans cette zone, les hommes en armes se ressemblent beaucoup, qu’ils se déplacent en pick-up, à moto ou en véhicules blindés. Cela va faire plusieurs mois désormais que le village de Farabougou est assiégé.

Selon les chiffres récents fournis par le Bureau des Nations unies pour les affaires humanitaires (OCHA), entre juillet et septembre, 24.000 déplacés de plus ont été enregistrés dont 12.000 pour la région de Ségou, essentiellement issus du cercle de Niono.

Pour l’analyste Drissa Kanambaye, le mode opératoire est le même pour tous ceux qui sont à l’origine de l’insécurité dans la région : “Le village de Farabougou qui est assiégé depuis des mois maintenant en est une illustration. Effectivement, ils remontent vers Niono qui est le grenier du Mali. Et on observe que les terroristes viennent pour brûler les récoltes, les champs de riz et même les machines agricoles.” Cette tactique, l’analyste la qualifie de “catastrophe”.

Possible étendue à Bamako

Ces violences peuvent-elles atteindre la capitale Bamako ? Thomas Schiller, directeur du programme régional Sahel de la fondation Konrad Adenauer dans la capitale malienne, ne l’exclut pas :

“Il y a déjà beaucoup d’attaques dont on ne sait pas trop bien qui en sont les auteurs dans le sud du Mali, dans l’ouest aussi, en direction du Sénégal. Et ça c’est un développement vraiment très important vu que la plupart des habitants de Bamako viennent du sud ou de l’ouest du pays. Ce que je crains, c’est qu’à partir d’un certain moment, tous les conflits qu’on voit au centre on puisse les voir au sud du Mali et malheureusement aussi à Bamako.”

En attendant, il existe tout de même des zones où des initiatives sont mises en place pour essayer un tant soit peu de contenir toutes ces menaces, comme le souligne Moussa Ag Acharatoumane. Secrétaire général du Mouvement pour le salut de l’Azawad et membre du Conseil national de transition au Mali, il estime qu’à “Ménaka et dans les alentours ça va”.

Il reconnaît toutefois que, malgré “les efforts [pour] contenir toutes ces menaces”, la tâche “n’est pas facile. D’où l’importance que le processus de paix puisse avancer et que l’armée reconstituée tant attendue puisse voir le jour, qu’elle puisse se saisir de cette problématique sécuritaire et qu’elle l’accomplisse comme il le faut vis à vis de sa population et de sa nation”, estime-t-il.

Selon plusieurs sources humanitaires, la situation continue à affecter négativement la sécurité alimentaire des ménages dans les zones de conflit et le nombre de personnes déplacées internes n’a plus diminué depuis le mois de février 2019.

Source : DW

MaliwebCrise malienne
Plusieurs régions du Mali sont frappées par des attaques terroristes. Au point que la capitale, Bamako, n'est plus forcément hors de portée des groupes armés.   Le Mali a été touché par plusieurs attaques encore ces derniers jours. Hier , deux explosions ont visé un camp de la Minusma à Gao où sont stationnés...