La cité des enfants de Bamako a servi de cadre, le samedi 12 mars 2022, au lancement officiel de la Plateforme  des Jeunes Contre le chômage et la Migration Irrégulière au Mali (PJC-MI). Parrainé par le ministre de l’Entrepreneuriat national, de l’Emploi et de la Formation professionnelle, M. Bakary Doumbia, cette nouvelle plateforme se veut d’être un cadre idéal de conseil et d’accompagnement en faveur des jeunes pour obtenir et/ou créer un emploi sûr leur permettant de vivre dignement chez eux au Mali, sans avoir besoin à risque leur vie pour l’aventure.

Comme son nom l’indique, la Plateforme des Jeunes Contre le chômage et la Migration Irrégulière au Mali (PJC-MI) est créée avec des objectifs de lutter contre le chômage et la Migration Irrégulière au Mali. Deux phénomènes  connexes et indissociable,  selon les  responsables de PJC-MI, d’où cette démarche de leur trouver un même remède. C’est-à-dire, offrir aux jeunes Maliens, un emploi descend leur permettant de vivre dignement tout en prenant leur famille en charge. Selon beaucoup de statistiques, la plupart des jeunes choisissent « l’aventure » après avoir perdu tout espoir de se   trouver, dans leur propre pays, un emploi pour  vivre décemment. C’est pourquoi, cette plateforme, dans ses perspectives, met en avant, l’entreprenariat et la formation professionnelle. Car, comme dit  le ministre de l’Entrepreneuriat national, de l’Emploi et de la Formation professionnelle, M. Bakary Doumbia, le système éducatif malien ne garantit plus un emploi à la fin de la formation. Pis, le système de formation éducatif est la première cause du chômage au Mali. « On fabrique des chômeurs » regrette, le ministre tout en soulignant  que chaque année, ce sont près de 300 à 400 000 niveaux diplômés qui arrivent sur le marché de l’emploi, « alors que l’Etat n’emploie que 10% ». Donc pour lui, cette plateforme vient à point nommé et soutient les efforts du gouvernement du Mali à renverser cette malheureuse situation. Tout comme plateforme PJC-MI, chaque Malien a un rôle important à jouer pour réduire le chômage au Mali, souligne le ministre. L’Etat doit mettre en place une nouvelle politique éducative basé sur la formation technique et professionnelle, les parents d’élèves à mieux orienter leurs enfants vers des filières plus prometteuses d’emploi et les opérateurs et partenaires économiques à investir plus dans l’entreprenariat. Tout en félicitant la bonne initiative de la plateforme des Jeunes Contre le chômage et la Migration Irrégulière au Mali (PJC-MI), le ministre a rassuré que de nombreux chantiers sont en cours avec les autres départements ministériels afin d’exploiter, au mieux, toutes les perspectives pouvant créer plus d’emploi, troisième priorité du gouvernement de la transition. En outre, M. Doumbia a également promis l’accompagnement et le soutien de son département à la PJC-MI pour l’atteinte de ses objectifs qui cadrent parfaitement bien avec la politique du gouvernement de la transition.  Mamadou Diallo, président de la PJC-MI et ses collaborateurs ont, en plus de la Migration Irrégulière, souligné que le chômage contribue également à l’aggravation de la situation sécuritaire que vit le Mali. Selon ces jeunes, une jeunesse sans emploi est une proie potentielle pour les Groupes Armés Terroristes (GAT). Parce ce qu’ils peuvent les récupérer facilement en échanges d’une bonne rémunération.

A noter que la Plateforme des Jeunes Contre le chômage et la Migration Irrégulière au Mali (PJC-MI) a déjà réussi à récupérer 23 candidats à l’immigration dont près d’une dizaine de femmes vers la région de Mopti (centre du Mali) à qui elle est en train d’accompagner avec des activités génératrices de revenus comme la piscicultures et d’élevage par « l’embauche ». Une initiative très salutaire qui mérite le soutien et l’accompagnement de tous.

Issa Djiguiba

Source: Le PaysMali