Suite à une lettre à lui adressée par M. Mohamed Sidibé, membre du CNT, au sujet des observations de la diaspora sur l’avant-projet de la constitution, le Conseil Supérieur de la Diaspora Malienne (CSDM) exprime son inquiétude vis-à-vis d’une dérive individuelle et rappelle à M. Sidibé que le CNT n’est pas un tremplin de diversions, ni de récupérations. C’est à travers un communiqué rendu public ce 28 novembre 2022 que le CSDM a rappelé à l’ordre ce membre de la Commission des Lois du CNT. Lisez plutôt.

Le Conseil Supérieur de la Diaspora Malienne (CSDM) a reçu un courrier datant du 24 novembre 2022 de Monsieur Mohamed Sidibé à son titre de membre de la Commission des Lois du Conseil National de Transition, dont l’objet porte sur : ‘’Observation sur l’Avant-projet de Constitution’’, courrier adressé aux présidents des Associations de la Diaspora, leur demandant de lui faire parvenir leurs observations sur l’Avant-projet de constitution notamment sur la disposition relative à la double nationalité et ce, avant le vendredi 02 décembre 2022 au plus tard. Certes M. Sidibé est membre du CNT au titre des Maliens établis à l’extérieur. Mais ce statut ne lui confère nullement la gestion des ‘’associations’’ destinatrices dont il n’a aucune idée du nombre.

Après avoir pris connaissance de son courrier, nous constatons que les prérogatives de M. Sidibé semblent largement au-dessus de celles du président de la Commission (du CNT) dont il se réclame, par l’émission de ce courrier apposé de son cachet personnel.
Aucun égard de respect à l’institution CNT. Plus grave : usage de cachet personnel sur l’armoirie de l’État.

Cet acte n’est autre qu’une manœuvre de récupération inavouée que d’action positive. Le Conseil Supérieur de la Diaspora Malienne (CSDM) exprime sa profonde inquiétude, à une telle dérive individuelle de M. Sidibé et lui rappelle que le CNT n’est pas un tremplin de diversions, ni de récupérations.

ANDROUICHA