Dans quatre jours, (dimanche 22 septembre 2013), le Mali va célébrer le 53ème anniversaire de son indépendance en pleine sortie de crise. Le pays se démocratise peut on risquer, après la parfaite organisation de l’élection présidentielle, qui a porté au pouvoir IBK, le candidat du parti des tisserands.

L’indépendance du Mali fut proclamée, le 22 septembre 1960 par le Président Modibo Keïta, dans la salle Mahamane Haïdara du palais de Bagadadji, qui abrite, aujourd’hui, l’Assemblée nationale du Mali. Il devint, aussitôt, le premier Président du Mali. Son règne dura huit ans. Il bâtît son régime sur les principes du socialisme, avec un parti unique de fait, l’Union Soudanaise RDA (Rassemblement Démocratique Africain).

 

Les jeunes officiers profitèrent de la crise politique et économique qui rongea son régime pour s’emparer du pouvoir, le 19 novembre 1968.  Le Président Modibo Keïta fut arrêté et mis en prison, sans jugement. Il ne sortira  de son bagne qu’après son assassinat, en mai 1977.  Il fut inhumé au cimetière de Hamdallaye.

 

Après le coup d’Etat de 1968, le lieutenant Moussa Traoré fut porté à la tête d’une junte de 14 officiers subalternes et devint chef de l’Etat. La junte prit l’appellation de Comité Militaire de Libération Nationale (CMLN). Le CMLN  dirigea le pays durant dix ans (1968-1978) avant de s’effacer avec la création de l’Union Démocratique du Peuple Malien (UDPM), en 1978. C’est le retour du Mali avec une vie constitutionnelle normale. L’UDPM devint le parti unique constitutionnel, qui régna sans partage sur le Mali jusqu’au 26 mars 1991. Il disparaît avec la chute du régime du Général Moussa Traoré, le 26 mars 1991, à la suite d’une révolution menée par le Mouvement démocratique. La transition démocratique fut dirigée par le CTSP (Comité de Transition pour le Salut Public), qui avait à sa tête, le Lieutenant-colonel Amadou Toumani Touré (ATT).

 

Le 08 juin 1992, le pouvoir transitoire cède la place au Président démocratiquement élu, Alpha Oumar Konaré, qui dirigea le Mali jusqu’au 08 juin 2002, à la suite de deux mandats de cinq ans chacun.

 

Le 08 juin 2002, le Président Amadou Toumani Touré fut porté à la tête du pays, après une élection présidentielle controversée. Il n’a pu terminer son second mandat, puisqu’il a été évincé du pouvoir le 22 mars 2012 par une junte militaire dirigée par le capitaine Amadou Aya Sanogo suite à une mutinerie. Ce dernier finit par remettre le pouvoir au civil à la suite d’un accord signé avec la CEDEAO. Le Président de l’Assemblée nationale, Dioncounda Traoré prêta serment devant la Cour suprême et devient aussitôt le Président de la République par intérim pour une quarantaine de jours, selon la constitution. Ce délai fut porté à un an par la CEDEAO en avril 2012, qui s’inquiétait d’un vide constitutionnel.

 

Le 2ème tour de l’élection présidentielle tenue le 11 août 2013, a été remporté par le candidat Ibrahim Boubacar Keïta dit IBK. Ce dernier a été investi Président de la République, le 04 septembre 2013.

C’est donc, lui qui va conduire le Mali vers une sortie de crise définitive. Il promet le changement en se proposant de lutter contre la corruption, de reformer l’armée malienne et de prioriser la réconciliation nationale sur la base du dialogue.

 

ILK

Source: Le Scorpion

ADAMADivers
Dans quatre jours, (dimanche 22 septembre 2013), le Mali va célébrer le 53ème anniversaire de son indépendance en pleine sortie de crise. Le pays se démocratise peut on risquer, après la parfaite organisation de l’élection présidentielle, qui a porté au pouvoir IBK, le candidat du parti des tisserands. L’indépendance du...