Cela relèverait du rêve ou de l’utopie pour ceux qui ont été les premières victimes du régime Moussa Traoré (l’UDPM) et les acteurs de la révolution de 1991, ayant renversé le général. Mais c’est une pure vérité. Moussa Traoré était bel et bien présent dans le stade du 26 mars, le 19 septembre dernier, pour l’investiture de IBK. Comment a-t-il pu franchir le seuil du portail de ce stade dénommé le 26 mars 1991 encore prendre part à une cérémonie d’investiture d’un président de la République ?  Pour ceux qui ont une bonne mémoire, les évènements qui ont  eu lieu à cette  date et qui ont sanctionné le régime dictatorial sous un bain de sang, ont été immortalisés par la construction de ce stade. En plus de cela,  l’histoire nous apprend que Moussa Traoré aurait été gracié et non amnistié des actes commis sous son régime et dont il a été reconnu premier responsable. Ce qui veut dire qu’il n’a pas le droit ni à mener une activité politique ni aussi prendre part à une cérémonie d’envergure nationale, surtout une investiture de président de la République.

 

 

Boubacar Yalkoué

SOURCE: Le Pays  du   24 sept 2013.