L’embargo imposé au Mali par la CEDEAO depuis le 9 janvier 2022 ajouté à la crise russo-ukrainienne peu après en février dernier, ont pesé sur le coût de la vie avec le renchérissement du prix voire la pénurie aiguë de certains produits de première nécessité. Mais en dépit de cette conjoncturelle défavorable les Maliens, stoïquement, se serrent la ceinture et les coudes et sont en train de bâtir le vaste chantier de la refondation. 

Plus rien n’est comme avant ni pour le citoyen lambda de la ville ni pour celui du Mali profond. Certains de nos compatriotes se demandent jusqu’à où nous conduira cette politique des autorités actuelles qu’ils pensent être à l’origine de l’isolement de notre pays. Le respect de notre souveraineté ? L’honneur et la dignité du Malien ? Le partenariat gagnant-gagnant au bénéfice de la population malienne ? Pure illusion ; le Mali ne peut se permettre de vivre dans l’autarcie  doit négocier avec la CEDEAO, avec la France voire l’Occident.

Si la planète entière souffre des conséquences de la crise russo-ukrainienne, pourquoi pas le Mali déjà frappé de plein fouet par l’embargo illégal de la CEDEAO et de l’UEMOA ? De nombreux entrepreneurs, commerçants grossistes et revendeurs de produits importés broient du noir actuellement, faute de matières premières en provenance de voisins dont la Côte d’Ivoire. Par exemple le bois pour l’ébénisterie ou l’huile de palme, dont le prix a pris l’ascenseur, tout comme celui du carburant.

Continuer avec ce mental

Quoique durement éprouvés, les Maliens se serrent les coudes dans la résilience. Les corridors Bamako-Conakry et Bamako-Nouakchott nous ont – Dieu merci – évité l’asphyxie totale. Une commission dispose de deux mois pour élaborer l’avant-projet de la nouvelle Constitution, la Charte électorale est déjà promulguée. Le génie malien se fait connaître à travers des initiatives de chercheurs et inventeurs. Par exemple, cette prouesse réalisée par un informaticien, Arouna Diallo, qui a conçu un appareil capable de transformer les objets plastiques – sachets, seaux, tasses et bouilloires – en carburant et en gaz domestique. Le Malien Tanféré Mamadou Fomba a inventé avec un Américain le Dropefiless.com, une machine qui extrait de l’or sans recourir aux produits chimiques. Il est en outre le représentant exclusif de Columbia Mining Supplies,  entreprise spécialisée dans la vente d’équipements d’orpaillage. Mohamed Lamine Traoré, un jeune de 22 ans, a fabriqué une voiture made in Mali. Mamadou Cissé est également inventeur d’une marque de voiture.

Désormais armés d’un tel mental, les Maliens peuvent faire plus et mieux. Tant que le vent souffle, la température est variable. La vie  est faite des hauts et des bas comme l’attestent les parcours des   nations qui ont émergé après moult vicissitudes de l’histoire. Pas question d’écouter les oiseaux de mauvais augure. Ils bâtiront le Maliba comme les Américains l’ont fait des Etats-Unis et chacun y a contribué : du technicien de surface de Sunset Boulevard à la star des stars d’Hollywood,

Après le totalitarisme nazi au XXe siècle, le génocide des Juifs, la scission, les affres de la guerre froide, l’Allemagne a fait tomber le mur de Berlin et surmonté tous les obstacles à son mieux-être. Le monde entier la respecte aujourd’hui. La France a survécu au  traumatisme du gouvernement de Vichy et se tient fièrement debout. Après la guerre, la famine, la colonisation nipponne et les multiples invasions de la Mongolie, la Chine s’est relevée avec les mains chinoises qui l’ont portée jusque sur le toit du monde. Quid du Japon, après Hiroshima et Nagasaki ?

Pourquoi le Mali ne suivrait pas l’exemple du Rwanda qui a su faire face à l’essentiel pour se remettre sur pied après le génocide? Jerry Rawlings a offert un autre exemple au Ghana ?

Mohamed Koné, Correspondant à Kadiolo

Source: Le Challenger

MaliwebEconomie
L’embargo imposé au Mali par la CEDEAO depuis le 9 janvier 2022 ajouté à la crise russo-ukrainienne peu après en février dernier, ont pesé sur le coût de la vie avec le renchérissement du prix voire la pénurie aiguë de certains produits de première nécessité. Mais en dépit de...