La Coalition nationale des producteurs de Coton était hier face aux hommes de médias. Objectif : Dénoncer le blocage dans le processus électoral du bureau B de la confédération des sociétés coopératives des producteurs de coton du Mali dont le mandataire a été enlevé par deux hommes  le jour de l’élection, le 5 octobre 2022.

Cette conférence de presse était animée par les membres  de la Coalition nationale des producteurs de coton regroupant les filiales de Sikasso, Koutiala, Fana et Kita.

Dans une déclaration liminaire, les producteurs de coton, à travers leur  organisation socioprofessionnelle dotée de la personnalité morale et juridique, ont rappelé que depuis l’année 2020, ils avaient démarré le processus de renouvellement des organes et instances du réseau coopératif des producteurs de coton du Mali.

Dans un premier temps, a-t-il rappelé, un bureau mis en place aux différents niveaux conformément aux chronogrammes et termes de référence élaborés par le bureau sortant de la confédération des sociétés coopératives de producteurs de coton du Mali a fait l’objet de rejet par une partie des producteurs qui ne s’y reconnaissaient pas. Afin de maintenir un climat social serein, a-t-il poursuivi, les autorités ont décidé de désigner un mandateur judiciaire, en la personne de  Souleymane Fomba, pour organiser des élections inclusives transparentes au niveau de toute la zone cotonnière.

Sauf que le jour du scrutin, après la cérémonie d’ouverture coprésidée par deux membres du gouvernement, le ministre du développement Rural Modibo Kéïta et son homologue de la Santé et du développement social, Diéminatou Sangaré, le processus a été interrompu par deux mystérieuses personnes.

“Malgré la présence des policiers, ces deux personnes sont rentrées dans la salle et son partis avec  la personne qui doit superviser tout ce processus électoral, à savoir Souleymane Fomba. Après,  un émissaire nous a demandés  de rentrer à la maison”, a révélé le conférencier avant de dénoncer un certain Siaka Coulibaly, le conseiller Spécial du PDG de la CMDT Nango Dembélé qui a déclaré que “personne ne siègera dans le bureau de la confédération à part les producteurs de coton de leur camp. C’est-à-dire ceux choisis par le PDG de la CMDT et son clan contre la volonté des autres producteurs”. Ce qui a  fait dire à certains conférenciers que c’est le PDG de la CMDT, Nango Dembélé, qui serait derrière ces manœuvres.

Pour le conférencier, avant cette interruption, 5 membres du bureau avaient déjà été élus dont le président, Yacouba Koné, avec comme adjoint Tiassé Coulibaly pour ne citer que ceux-ci. A en croire les conférenciers, certains veulent imposer leur candidat à la tête des cotoculteurs du Mali. C’est pourquoi, ils ont invité les autorités à maintenir le bureau partiel élu par la majorité des producteurs de coton du Mali. “En cas de non observation de ces mesures, nous dégageons toute notre responsabilité de ce qui pourrait advenir en cas de vouloir mettre en place un bureau outre que celui qui a été mis en place par l’Assemblée générale des producteurs de coton. Nous sommes opposés et seront toujours opposés à tout agissement de nature à vouloir imposer des producteurs contre la volonté majoritairement exprimée dans les urnes au niveau de la filière coton”, ont averti les conférenciers lors de cette rencontre.                                                                                                                          

Kassoum THERA

Source: Aujourd’hui-Mali