Notre pays ne connaîtra pas de rupture de disponibilité d’intrant agricole pour la prochaine campagne agricole qui s’annonce. C’est l’assurance donnée par le ministre de l’Économie et des Finances, ce 9 avril. Le gouvernement a été interpellé sur ce sujet notamment par l’ancien Premier ministre Moussa MARA.   

 

Déjà les travaux préparatoires ont débuté dans de nombreuses localités du pays. Pendant ce temps, certains acteurs exprimaient leur inquiétude par rapport à la disponibilité des intrants agricoles. Et l’ancien Premier ministre, Moussa MARA, depuis sa page Facebook, a alerté les autorités de la Transition. « Au moins 40% des engrais nécessaires à la culture de coton ne sont pas disponibles, ce qui fait planer le risque d’une forte baisse de notre production de coton » a-t-il écrit, avant de rappeler « cela alors que nous venons de fêter notre première place il y a deux semaines ».

Ainsi, en présentant le bilan de son département, le ministre de l’Économie et des Finances est revenu sur cette situation suite à la question du journaliste Alexis Kalembry, directeur de publication du journal Mali Tribune.

« Je pense qu’il n’y a pas d’inquiétude parce qu’il y a deux filières. D’abord, la filière coton qui produit 700 000 tonnes de coton et qui produit à peu près une grande quantité de 2 100 000 tonnes de céréales », a indiqué M. SANOU.

L’année dernière, les intrants ont été livrés à temps, il n’y a eu aucun souci. Seulement le fait que la production de coton a pris plus de surfaces a amené une réduction de la production céréalière de 300 000 tonnes au niveau de la zone cotonnière, a-t-il rappelé.

Tirant les leçons de la campagne écoulée, le ministre a expliqué que le gouvernement avait pris des mesures d’anticipation en lançant à temps les appels d’offres.

Pour la livraison des intrants pour la filière coton, il affirme qu’il n’y a pas péril en la demeure. « Aujourd’hui, je n’ai pas les derniers chiffres, mais il y a quinze jours j’ai discuté avec le PDG de la CMDT, la livraison était à 50,5%. Ce qui est vraiment en avance avec le plan de campagne », a indiqué M. SANOU.

Pour la zone rizicole et maïsicole, les premières livraisons d’intrants sont attendues à partir de fin mai.

Quant à la subvention, informe-t-il qu’elle a été revue à la hausse. Initialement arrêtée à 15 milliards, les autorités ont décidé d’augmenter la subvention à 17 milliards de FCFA. Ce, a expliqué le ministre de l’Économie, pour tenir compte de la flambée des prix.

Par ailleurs, a-t-il fait savoir, le gouvernement est en train de prendre contact avec certains pays producteurs d’intrants pour qu’ils puissent très rapidement venir en appui à notre. Il s’agit du Nigéria et d’autres pays qui ne sont pas de la zone africaine.

PAR SIKOU BAH

Source : Info-Matin

MaliwebEconomie
Notre pays ne connaîtra pas de rupture de disponibilité d’intrant agricole pour la prochaine campagne agricole qui s’annonce. C’est l’assurance donnée par le ministre de l’Économie et des Finances, ce 9 avril. Le gouvernement a été interpellé sur ce sujet notamment par l’ancien Premier ministre Moussa MARA.      Déjà les...