Procéder à l’annulation d’un administrateur judiciaire, afin que les producteurs de coton eux-mêmes gèrent leurs propres affaires au sein de leur organisation ; l’ouverture des postes pour mettre en place un bureau consensuel aux niveaux régional et national, à la demande de l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture du Mali (APCAM) ; organiser les appels d’offres pour l’approvisionnement en intrants pour la campagne 2022-2023, dans le cadre du GIE, dont les producteur de coton assurent la présidence, telles sont les principales propositions de sortie de crise de la Commission de conciliation et des affaires juridiques mise en place par l’APCAM.

 

Ce message a été porté à la connaissance des cotonculteurs de 42 secteurs, à raison de 100 par secteur, selon l’organisation, réunis, hier, en Assemblée générale, dans l’enceinte de l’APCAM, par le Président de la Chambre Sanoussi Bouya SYLLA. Les cosignataires étaient les présidents de la CNOP, Ibrahima COULIBALY ; de l’AOPP, Tiassé COULIBALY ; de la FENAFER, Mme NIAKATE Goundo KAMISSOKO.
«L’organisation préconisée des appels d’offres s’inscrit dans l’esprit des recommandations des Etats généraux du Coton tenus en avril 2021 et contrairement à ce qui se prépare dans les coulisses pour le faire sans l’ensemble des producteurs de coton, choses que nous ne saurons accepter et que nous allons contester, selon les textes en vigueur au niveau national et international », a déclaré M. SYLLA,
Le Président de l’APCAM a rappelé d’autres solutions proposées qui s’appuient sur les recommandations des Etats généraux du Coton tenus en avril 2021 qui ont porté sur le désengagement de la CMDT des missions de service public, en vue de leur transfert à d’autres acteurs, à savoir : le recentrage de la CMDT sur sa vocation centrale (conseil agricole autour du système coton ; les activités industrielles et commerciales liées au coton) ; le transfert de l’approvisionnement en intrants aux producteurs.
L’occasion était bonne pour l’hôte du jour de rappeler les démarches entreprises à son niveau pour rasséréner la filière coton, conformément à son engagement lors de son investiture. Un engagement personnel, a-t-il souligné, qui tient de la place et de l’importance de la filière cotonnière dans l’économie nationale, en termes de création d’emplois, de revenus pour les producteurs et du nombre (4,5 millions) de personnes qu’elle touche dans les zones cotonnière.
« C’est dans ce cadre que j’ai entamé des prises de contact avec les partenaires de l’APCAM, dont le Président par intérim de la Confédération des producteurs de coton ; des rencontres de concertation avec les présidents des Secteurs, des Unions ; les Présidents des Fédérations régionales ; les membres du Collectif ; les fournisseurs d’intrants agricoles ; le Président de la CNOP ; et la visite de courtoisie au PDG de la CMDT », a-t-il souligné.
C’est un Président de l’APCAM qui assène que son ambition constante de rassembler la famille des producteurs pour faire face à la relance du coton s’est heurtée « aux actions des forces obscures, à l’entretien de la division, à l’utilisation de certains producteurs contre d’autres producteurs ».
Qu’à cela ne tienne, il prend le pari que personne ne profitera de sa position, fut-il un ancien ministre de l’Agriculture ou un Président Directeur Général de la CMDT, pour déstabiliser l’APCAM et la Confédération des producteurs de coton.
Sanoussi Bouya SYLLA lance un appel à tous les producteurs du Mali, en général, et les producteurs de coton, en particulier, à la cohésion nationale et à l’union sacrée pour sauvegarder les acquis.
Au président de la Transition, Colonel Assimi GOITA, il lance un appel à s’investir personnellement pour la résolution de cette crise qui menace dangereusement la stabilité de notre pays.

PAR BERTIN DAKOUO

Source : Info-Matin

MaliwebEconomie
Procéder à l’annulation d’un administrateur judiciaire, afin que les producteurs de coton eux-mêmes gèrent leurs propres affaires au sein de leur organisation ; l’ouverture des postes pour mettre en place un bureau consensuel aux niveaux régional et national, à la demande de l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture du Mali...