L’Agence des énergies renouvelables du Mali (AER-Mali) a été créée le 1er octobre 2014 par l’ordonnance n°2014-012/P-RM ratifiée par la loi n°2014-05. L’une des missions de l’AER-Mali est d’élargir l’utilisation des énergies renouvelables en facilitant son accès à une grande majorité de la population malienne. Dr Souleymane Berthé dirige la direction générale de cette agence qui joue un rôle important dans la transition énergétique au Mali, un pays à fort potentiel en matière d’énergies renouvelables. Dans l’entretien qu’il a bien voulu nous accorder, Dr Berthé évoque les grands chantiers, les potentialités et les partenariats stratégiques dans le domaine des énergies renouvelables.

 

Le Challenger : Quels sont les grands chantiers ouverts dans le domaine des énergies renouvelables ?

Dr Souleymane Berthé : Comme vous le savez, les énergies renouvelables ont le vent en poupe. Le pays est résolu à résoudre le problème énergétique par l’utilisation à grande échelle des énergies renouvelables. D’où la création même de l’Agence.

Ces derniers temps, nous avons ouvert beaucoup de chantiers. Nous avons beaucoup de programmes solaires. Cette année, on a ouvert le projet du développement de l’énergie éolienne avec le développement d’un parc éolien de 150 mégawatts à Kayes, plus précisément à Botikicoro.

On veut diversifier. En plus du solaire, on veut intervenir sur d’autres fronts comme les énergies éoliennes, l’hydroélectricité, les mini-barrages. Il y a beaucoup de chantiers en cours pour la construction de mini-barrages. Il y a aussi des projets de biomasses qui ont été lancés. Vous voyez que le chantier est grand.

Dans le domaine du solaire, nous avons de grands projets avec stockage qui permettent de résoudre les problèmes d’intermittences et d’avoir de l’énergie aux heures où il n’y a pas d’ensoleillement. On va utiliser les batteries comme stockage dans les grandes centrales solaires. Ce sont de grands chantiers que nous avons ouverts.

A côté, il y a aussi l’hybridation, le développement de petites centrales solaires, avec stockage pour l’électrification rurale dans les milieux éloignés qui n’ont pas le réseau interconnecté. Nous sommes sur tous les fronts parce que nous avons des potentiels qu’il faut utiliser pour le bonheur des Maliens.

En quoi consiste le projet biomasse ?

Le projet biomasse consiste à transformer les déchets en électricité. C’est une partie intégrante des énergies renouvelables. Cela permet de diminuer l’émission de carbone et de rendre nos villes propres.

Comment peut-on évaluer les potentialités du Mali en matière d’énergies

renouvelables ?

C’est l’une des missions phares de l’agence. Dans ce cadre, nous évaluons les potentiels du pays en matière d’énergies renouvelables. Vous pouvez voir, chaque année, nous disposons des cartes de rayonnement solaire du Mali, du vent, de la biomasse…etc.

Ces évaluations sont faites continuellement et sont mises en jour. C’est avec ces potentiels que nous vendons le pays aux investisseurs avec des données précises. Nous avons un projet qu’on appelle programme de développement des énergies renouvelables. Nous avons intégré l’installation des masses de mesures pour raffiner chaque année les données. Nous avons besoin de plus de mailles pour raffiner les données. Dans le cadre de ce programme, chaque année, on achète des masses de mesures pour densifier nos points de mesures.

Nous avons des résultats très attrayants. On passe de 6 à 7 kWh/m2 par jour pour le rayonnement solaire, ce qui est deux fois supérieurs à celui des Européens, par exemple l’Allemagne, supposée être la championne dans ce sens.

Pour le vent, nous avons aussi un potentiel très considérable au nord. Nous avons des vitesses de vent qui vont de 5 à 7 mètres par seconde. Nous sommes en train de développer la centrale éolienne de Botikicoro, vers Kayes, pour la partie ouest. Il y a des reliefs qui favorisent l’implantation des éoliennes. Les reliefs créent des couloirs de vent qui sont importants et permettent de développer les énergies éoliennes. L’exploitation des sites de Botikicoro s’inscrit dans ce cadre.

Le potentiel est important. Nous avons des projets qui sont au nord. La situation actuelle ne facilite pas l’exécution de ces projets. Je pense qu’on pourrait y travailler après, une fois l’accalmie revenue.

Dans les zones agricoles vers l’office du Niger à Ségou et dans la zone cotonnière de Sikasso et Kita, il y a aussi des potentiels de biomasse qu’on pourra valoriser pour produire de l’électricité.

Si vous voyez, en termes de potentiels, on est très bien. On avait pour les hydroélectricités plus de 1050 mégawatts dont moins de 30% sont exploités. Aujourd’hui avec la technologie, on peut développer des mini-barrages et des micro-barrages. Le pays regorge de beaucoup de potentialités dans nos rivières qui peuvent être exploitées pour produire de l’électricité dans les milieux ruraux. On est en train de penser qu’avec les micro-barrages qui vont électrifier les villages avec l’énergie solaire, le stockage sera facile avec l’eau. C’est déjà le projet qu’on veut innover maintenant pour aller dans l’électrification rurale.

Pouvez-vous nous faire le point des partenariats stratégiques visant à donner une nouvelle impulsion à ce secteur ?

Aujourd’hui, nous avons des partenaires consistants. Dans les grands projets solaires, nous sommes avec le WAPP (West-African Power Pole) qui est un système d’échanges électriques entre les pays de l’Afrique de l’Ouest notamment ceux de la CEDEAO. Nous sommes en train de développer avec eux un projet de 300 mégawatts de parcs solaires dans le cadre de l’échange entre les pays. Le Mali veut se positionner avec ce partenaire comme projectile ? des énergies renouvelables sur les réseaux interconnectés de la CEDEAO ou du WAPP.

C’est un grand projet qu’on a ouvert. Les études de faisabilité sont presque terminées. Nous sommes sur les études d’impacts environnementales qui sont en cours de validation et les études de diligence pour lancer les premières centrales solaires.

Pour le moment, les sites choisis sont Fana, Sanankoroba et Bougouni.  Aussi avons-nous une collaboration avec l’Alliance solaire internationale basée à New Delhi. Avec cette alliance, nous avons de grands projets. Nous développons un parc solaire de 500 mégawatts. Ce parc sera sur des sites qui vont totaliser 500 mégawatts. Ceci est un projet futuriste. Nous comptons sur ce projet qui, une fois mis en place, pourra permettre au Mali de retrouver sa place de champion dans l’énergie solaire.

Nous travaillons aussi sur les aspects études car il faut faire beaucoup d’études pour booster les secteurs.  Avec l’Agence internationale des énergies renouvelables, nous travaillons beaucoup sur ces études pour identifier les problèmes qui entravent le développement des énergies renouvelables au Mali. Avec l’Alliance internationale, nous sommes en train de travailler pour lever ces goulots d’étranglement pour que les énergies renouvelables puissent aller plus vite.

Nous avons des partenaires traditionnels comme le PNUD qui nous appuie dans la mise en place des projets pour la création des activités génératrices de revenus pour les jeunes et les femmes, avec la mise en place des plateformes solaires réalisées à Mopti pour les jeunes. Dans un milieu, on fait l’irrigation solaire pour des périmètres de 40 hectares par exemple et des postes de soudure pour les jeunes. Pour les femmes, on fait des moulins et des décortiqueuses solaires.

Dans le cadre de ce projet, on crée des activités pour les jeunes et les femmes à Mopti. Vu que nous sommes au fait des problèmes que cette région traverse, nous estimons qu’il faut du travail pour les jeunes. Actuellement, nous nous basons sur les applications solaires pour créer beaucoup d’emplois.

Pour l’Alliance solaire, il y a aussi des projets d’irrigation à grande échelle. On veut faire 2500 hectares et de grandes centrales solaires à Fana.

Aujourd’hui, les énergies renouvelables ne sont pas seulement pour satisfaire nos besoins énergétiques, mais aussi pour créer de l’emploi. Les technologies solaires thermiques sont les séchoirs, les chauffe-eau solaires. Ce sont des technologies que nous maîtrisons dans nos ateliers. Nous formons les jeunes pour qu’ils puissent produire ces équipements et les vendre. On a l’habitude, avec certains de nos projets, de créer des entreprises pour les femmes, pour la fabrication des foyers améliorés, entre autres.

On va maintenant vers plus de jeunes dans le secteur des énergies renouvelables. On veut aussi amener les femmes à créer des activités génératrices de revenus dans les sous-secteurs.

Nous avons une liste exhaustive des partenaires dont l’UEMOA, qui nous accompagne dans la mise en œuvre des laboratoires d’efficacité énergétique. Avec la Coopération chinoise, nous sommes en train de développer un projet solaire pilote d’électrification de villages du Mali avec adduction d’eau potable. Avec l’appui de la Banque africaine de Développement (BAD), nous sommes en train d’organiser la deuxième semaine malienne d’énergies renouvelables à Abidjan en Côte d’Ivoire au mois d’octobre prochain. Le Fonds Vert Climat intervient dans le financement de l’électrification de 50 localités du Mali. L’Agence a été la première structure à bénéficier de ce Fonds Vert au Mali

Avez-vous un dernier mot à ajouter ?

Le Mali a un grand potentiel en énergie renouvelable surtout les énergies solaires et nous devons exploiter cette énergie pour booster notre développement dans les domaines de l’industrie, du commerce, etc.

Propos recueillis par Bourama Camara

Source : Le Challenger

MaliwebEconomieInterviews
L’Agence des énergies renouvelables du Mali (AER-Mali) a été créée le 1er octobre 2014 par l’ordonnance n°2014-012/P-RM ratifiée par la loi n°2014-05. L’une des missions de l’AER-Mali est d’élargir l’utilisation des énergies renouvelables en facilitant son accès à une grande majorité de la population malienne. Dr Souleymane Berthé dirige...