De graves révélations ont été faites sur les accointances entre le ministre du Commerce et une poignée d’opérateurs économiques. Selon des commerçants, les relations d’amitié que le responsable du département chargé du commerce entretient avec ces opérateurs économiques contribuent à l’augmentation des prix. Il est vrai que la montée des prix est une crise mondiale, mais ce qui se passe actuellement au Mali est une pénurie entretenue et organisée par des Maliens.

 

Selon plusieurs regroupements de commerçants, l’actuel ministre du Commerce doit démissionner pour avoir maintenu des pratiques anciennes qui nuisent à l’épanouissement de la population. Pour preuve, lors d’une récente réunion avec les commerçants détaillants, le ministre n’a pas laissé le temps aux regroupements d’exprimer leurs points de vue sur la situation actuelle. Pis, le ministre avait fait attendre les invités pendant qu’il s’entretenait avec un seul opérateur économique.

Et lorsqu’il est venu dans la salle, il n’a pas donné le temps aux autres commerçants de parler de la crise des prix. Un responsable des jeunes commerçants a dénoncé les mauvaises pratiques que le ministre n’a pas su combattre. Selon lui, les exonérations dont on parle ne sont accordées qu’à une poignée de commerçants. Il a fait savoir qu’au temps d’ATT, on avait mis fin au monopole de l’importation des produits comme le sucre et le riz, ce qui avait permis de ravitailler convenablement le pays.

Ainsi, Assimi est en train de perdre la bataille de la cherté de la vie à cause des relations douteuses entretenues entre le ministre et certains opérateurs économiques. Cette poignée de personne a pris tout le pays en otage, au vu et su du président de la transition qui a promis de faire différemment les choses. L’espoir du peuple de voir le Mali débarrassé des mauvaises pratiques est compromis par les responsables du ministère du Commerce. Les intérêts privés de certains mettent la transition en porte à faux avec la population.

Comment expliquer qu’on puisse lier tout à une question de monopole pendant que le peuple souffre ? Certains commerçants sont unanimes qu’ils puissent amener des produits à moindre cout, mais le fait d’être bloqué à cette histoire de monopole gâche tout, confie un commerçant très remonté contre le ministre actuel. Cette situation confuse qui met le pays en difficulté pousse bon nombre de Maliens à se demander si le ministre en charge du commerce est là pour soulager la population, ou se soulager.

Dans nos prochaines parutions,  nous donnerons avec détails les relations qui existent entre et le ministre, certains de ses collaborateurs, et les opérateurs économiques.

Source : La Sirène