Au cours de la conférence Indaba Mining, tenue à Cape Town, en Afrique du Sud, le ministre des Mines, de l’Energie et de l’Eau, Lamine Seydou Traoré, a rassuré les investisseurs sur la destination Mali. Emerveillés par l’exposition du Mali, l’Arabie Saoudite et certains pays d’Europe ont fait des promesses.

L’évènement a vécu au rythme du Mali avec un plein phare sur les potentialités du pays à travers un salon qui y a été consacré et rappelle les potentialités que regorgent notre pays et les efforts en cours pour pouvoir attirer les investisseurs afin que ces ressources servent aux populations du Mali.

En effet, depuis quelques années, le Mali s’est hissé dans le tiercé de tête des pays producteurs d’or en Afrique. En cela, il perpétue une tradition qui, depuis des siècles, fonde le rayonnement d’une riche culture aurifère. En effet qui, l’Afrique et le monde garde en mémoire l’historique pèlerinage à la Mecque de l’empereur Kankou Moussa en 1325, faisant baisser le cours mondial de l’or en son temps.

Ainsi, conformément aux orientations du programme gouvernemental et en vue d’accroitre les retombées de l’exploitation des ressources du sous-sol sur le peuple malien, le ministère des Mines, de l’Energie et de l’Eau, dans sa nouvelle politique minière, a mis l’accès sur la consolidation du cadre réglementaire, le développement des infrastructures géologiques, l’intégration des secteurs minier et pétrolier à l’ensemble de l’économie nationale.

A ces orientations s’ajoutent l’amélioration de la gouvernance du secteur, la promotion de la sous-traitance et les prestations de services auprès des grandes entreprises minières, la poursuite et l’intensification des travaux de recherche en ce qui concerne la diversification, l’organisation de l’orpaillage artisanal et la promotion de la petite mine ou encore la préservation de l’environnement et la gestion de l’après mine.

« Les perspectives pour l’année 2022 sont reluisantes avec de nouvelles mines d’or qui pourraient entrer en exploitation et le début des travaux dès ce mois de mai de la première grande mine de lithium du pays de la société Firefinch », rassure le ministre des Mines, de l’Energie et de l’Eau, Lamine Seydou Traoré.

Aussi, ajoute-t-il, l’action de son département en 2022 portera sur l’exécution d’un programme agressif de promotion de l’industrie, de la sous-traitance, de la transformation sur place des minerais et du développement de l’entreprenariat national dans le secteur minier.

Du haut de la tribune, le ministre a lancé un appel aux décideurs et aux investisseurs à travers le Monde à venir participer à la valorisation de l’énorme potentiel minier, pétrolier et gazier du Mali et réitéré l’engagement du Gouvernement de transition à supporter, accompagner et garantir la sécurité physique et juridique des investissements.

A noter que le panel de haut niveau animé par le ministre Lamine Seydou Traoré, Mark Bristow, PDG de Barrik Gold, Asma Diallo de Hydroma, Clive Johnson, PDG de B2Gold et Michael Anderson, PDG de Firefinch, avec comme modératrice, Me Fatoumata Sidibé Diarra, a permis de prouver que le Mali reste une bonne destination pour les investisseurs.

Adama DAO

Source: Tjikan

MaliwebEconomie
Au cours de la conférence Indaba Mining, tenue à Cape Town, en Afrique du Sud, le ministre des Mines, de l’Energie et de l’Eau, Lamine Seydou Traoré, a rassuré les investisseurs sur la destination Mali. Emerveillés par l’exposition du Mali, l’Arabie Saoudite et certains pays d’Europe ont fait des...