Le contexte actuel marqué par une envolée des cours tirée par une explosion de la demande de batteries au lithium et des perspectives encore meilleures.

La mine de lithium Bougouni vient de lever 3 millions de livres sterling (soit 3,7 millions de dollar US) dans le cadre d’un placement de nouvelles actions. Une belle opération qui le rapproche davantage  du démarrage de sa production de 1,94 million de tonnes de concentré de lithium sur une durée de vie minimale de 12 ans. Le Mali devrait à terme pouvoir fabriquer des batteries au lithium.

Fin 2021, le gouvernement malien a validé le permis minier de Kodal Minerals, lui donnant le droit d’exploiter le lithium de Bougouni pendant 12 ans au moins. Si la compagnie n’a pas encore mobilisé les fonds pour lancer la construction de la mine, il faut tout de même rappeler que le contexte actuel devrait lui faciliter la tâche.

Depuis quelques années, la demande mondiale de lithium progresse grâce à son utilisation dans les batteries électriques, avec une hausse des prix à la clé. La demande mondiale pour les batteries au lithium-ion en forte hausse Entre 2020 et 2021, les expéditions mondiales de batteries au lithium-ion ont fait un majestueux bond de 72.6 %. En 2026, la demande mondiale va davantage exploser.

Ceci étant, c’est l’industrie véhiculaire (camions, autobus, automobiles) qui absorbe les 3/4 de la demande mondiale, soit 354.5 KWh. En 2026, la part de ce secteur économique augmentera sensiblement aux quatre coins du monde sous forme de batteries.

C’est dans la zone Asie-Pacifique que la production et la consommation de batteries est actuellement la plus importante. Et le restera. Du moins à court terme.

Avec la demande mondiale qui progresse à vitesse grand V, les pays qui possèdent les ressources naturelles pour fabriquer des batteries au lithium-ion seront mis sous pression pour extraire, traiter, assembler et mettre rapidement leurs batteries sur le marché.

Le Mali bien placé pour bonifier l’offre

Le lithium, le nickel, le cobalt, le graphite, le silicium, l’aluminium et le manganèse sont notamment très recherchés présentement. Et qui en a ? Le Mali, avec des réserves de lithium encore inexploitées, est bien placé pour bonifier l’offre.

Ces perspectives attirent les investisseurs, notamment chinois, qui ont pris ces derniers mois des intérêts dans plusieurs projets africains de lithium, au Mali, en RDC et au Zimbabwe. Les Etats-Unis se sont également signalés avec l’accord entre l’américain Piedmont Lithium et Atlantic Lithium, compagnie active sur des projets prometteurs au Ghana.

Les fonds levés permettront de poursuivre les activités préparatoires au lancement de la construction de sa mine de lithium Bougouni au Mali. « Les fonds levés lors du placement seront utilisés pour achever le programme d’ingénierie et les importants programmes environnementaux, sociaux et d’engagement communautaire », a commenté Bernard Aylward, PDG de Kodal Minerals. Une partie du financement sera également affectée à des travaux d’exploration dans le but de fournir une prochaine mise à jour de l’estimation de ressources minérales.

Bougouni est en mesure de livrer près de 2 millions de tonnes de concentré de spodumène, ce qui permettrait à Kodal de générer 1,4 milliard $ de revenus. Ces chiffres issus de l’étude de faisabilité réalisée en 2020, pourraient encore être améliorés non seulement à cause des prix du lithium sur une courbe ascendante depuis deux ans, mais aussi grâce à une probable augmentation des ressources minérales.

Fanfan

Source: L’Informateur

MaliwebEconomie
Le contexte actuel marqué par une envolée des cours tirée par une explosion de la demande de batteries au lithium et des perspectives encore meilleures. La mine de lithium Bougouni vient de lever 3 millions de livres sterling (soit 3,7 millions de dollar US) dans le cadre d’un placement de nouvelles...