Les Douanes maliennes ont désormais un représentant au sein du Port autonome de Conakry. A cette occasion, le directeur général des Douanes maliennes, l’inspecteur général Amadou Konaté a fait le déplacement et prononcé un discours.

 

«L’événement qui nous réunit ce matin dans l’enceinte du Port Autonome de Conakry est de haute portée pour nous Douanes maliennes. Je ne doute point qu’il revêt la même importance pour vous Douanes guinéennes. Il s’agit de l’inauguration de la toute jeune représentation des Douanes maliennes au Port autonome de Conakry et par la même occasion, l’installation officielle de notre Représentant au Port Autonome de Conakry en la personne du Lt-col Abdoulaye Soumaré. Ce cadre a été choisi pour ce poste en raison de ses qualités professionnelles, prompt à valoriser le corridor Guinée-Mali », a déclaré M. Konaté.

A titre de rappel, explique-t-il, l’implantation d’une représentation des Douanes maliennes en Guinée est une des recommandations fortes de la grande Commission mixte de coopération entre la République du Mali et de Guinée, tenue à Bamako les 27 et 28 avril 2017. «Comme vous le savez, nos deux Administrations douanières, conformément à la volonté affichée de nos plus hautes autorités, ont été instruites de travailler ensemble pour faire de Conakry, port naturel du Mali, le corridor le plus rentable », a ajouté le directeur général des Douanes maliennes.

«Il n’est un secret pour personne que nous voulons faire du Port de Conakry la principale porte de desserte du Mali. En vérité, il aurait pu en être ainsi depuis belle lurette parce que ce port est le plus proche de Bamako, à moins de 1000 km », a confié l’inspecteur général, Amadou Konaté. Il a souligné que les deux pays ont une volonté commune de donner un coup d’accélérateur à la coopération douanière entre nos deux administrations. «Je fais référence aux récents événements survenus dans nos pays respectifs et qui, pour le cas du Mali, a valu à un pays continental, un embargo et d’autres sanctions économiques, au mépris flagrant de toutes les règles et conventions communautaires. C’est dans les moments de difficulté qu’on reconnaît les amis, dit un autre adage. Dans ce contexte particulier, la Guinée était le seul pays membre de la Cedeao ayant laissé les frontières ouvertes pour venir renforcer la résilience du peuple malien. A plusieurs occasions, des voix plus solennelles que la mienne ont salué cet élan de fraternité et d’amitié qui a toujours caractérisé nos deux pays », a rappelé M. Konaté.

Selon lui, la coopération douanière doit être à la hauteur des attentes à la fois des Gouvernements des deux pays et des usagers du corridor Conakry-Bamako dont la viabilité et la vitalité dépendent, dans une large mesure, des administrations douanières.

Adou Faye

Source : LEJECOM