Les syndicats de l’Énergie du Mali (EDM), le SYNACOME (Le Syndicat national des constructions civiles, des mines et de l’énergie), le SYLSEM (le Syndicat Libre du Secteur de l’Énergie du Mali) et le SYTEELEC, ont animé, le 30 avril 2021 à la Maison de la presse de Bamako, une conférence de presse. Baba Dao, Secrétaire général du Synacome, Abdoulaye Cissé, secrétaire général du Syteelec, El Moctar, secrétaire général du Sylsem, se sont entretenus avec les hommes de médias sur le délestage incessant actuel au Mali, notamment à Bamako. A travers la presse, disent-ils, on veut informer les populations maliennes de la situation actuelle de l’EDM. «Nous avons décidé de sortir pour apporter notre contribution à ce problème d’électricité afin de trouver des solutions pour le bonheur des nous tous», ont affirmé les syndicats de l’EDM.

Selon Baba Dao, secrétaire général du Synacome, l’EDM a pour mission de produire, transporter et de distribuer le courant sur toute l’étendue du territoire de la République du Mali, dans la mesure du possible, à partir de nos centrales thermiques, hydrauliques et solaires. Mais, regrette fortement Baba Dao, il se trouve aujourd’hui que l’EDM est confrontée à d’énormes problèmes. On connait qu’à Bamako seulement, dit Baba, la demande dépasse l’offre, car s’accroît de façon vertigineuse. «Nous avons le problème crucial du circuit de transport pour amener le courant chez les clients. La distribution du courant aux clients est aussi un combat», a jouté Baba. Selon lui, l’état actuel de l’Energie est qu’elle n’est pas en mesure de satisfaire tous les clients dû à des problèmes d’insuffisance de la production, de ligne de transport et de la distribution. A ces maux, dit-il, avec la vétusté de nos pièces de rechanges, aujourd’hui, nous ne sommes pas capables de satisfaire les assurés à hauteur de souhait. En plus, il ya aussi l’insuffisance de cadre adéquat de travail avec des installations vétustes pour donner satisfaction à la population, sans compter l’insuffisance du personnel. Le peu de personnes que nous avons, se débat nuit et jour pour satisfaire la demande. Pour nous, conclut Baba, les agissements et les mécontentements et autres de la part des clients sont légitimes et bien fondés, car l’énergie du Mali leur doit une continuité de service d’électricité. «Pendant plus de 10 ans, l’EDM n’arrive pas à satisfaire les clients. C’est pourquoi, nous, syndicats de l’EDM, proposons de revoir la politique énergétique. De ce fait, nous demandons l’implication de tous pour aller vers les Etats généraux sur la politique énergétique au Mali, car sans électricité pas de développement. Si on ne s’assoit pas pour discuter, chaque année, on va continuer à parler de ce problème énergétique. La population a besoin du courant, alors que l’EDM n’a pas ses moyens étant endettée à plus de 300 milliards de Fcfa», a fait savoir Baba.
Abdoulaye Cissé, secrétaire général du Syteelec, a ajouté qu’aujourd’hui, EDM est confrontée à un problème d’investissement parce que l’Etat ne joue pas pleinement son rôle. « Il n’y a pas d’investissement dans le secteur de l’énergie avec les gouvernements successifs depuis l’indépendance jusqu’à nos jours. Il n’y a pas de projets structurants. Et tout le monde sait que la population s’accroît à deux chiffres. Et chaque jour que Dieu fait, le nombre de consommateurs de courant augmente. Nous avons toujours les mêmes installations, les mêmes unités de production », déplore avec mécontentement, Cissé. Selon lui, à part les missions assignées à EDM citées haut, tout le reste, c’est l’Etat qui est actionnaire à 100% (société anonyme avec un conseil d’administration). L’EDM produit, distribue, transporte le courant. Mais l’Etat n’investit pas, l’Etat ne construit pas de barrage, ne construit pas de centrale. «La coupure de courant n’est pas la faute à EDM, n’est pas non plus la faute à ses travailleurs. Mais de l’Etat qui ne joue pas pleinement son rôle. Nous sommes dans le même bateau », précise le syndicaliste Cissé. Il a ajouté également qu’il n’y a aucun stock de pièces de rechanges majeurs, qu’il y a insuffisance de production de distribution et de transport. «Edm produit un KW à 147 Fcfa. Mais l’Etat l’oblige à donner (vendre) à la population à 100 Fcfa et a promis de compenser le reste à EDM. Ce qui ne se fait pas constamment et à hauteur de souhait par l’Etat afin que l’EDM se soutienne. Le peu qui est payé, les impôts, la fiscalité prennent toute la moitié de l’argent encore. C’est dans cette situation que l’Edm est. C’est pour dire que l’EDM vend en perte. La stagnation, le blocage du prix de l’électricité date de 2009, soit 11 ans. Entre temps, les matières qui rentrent dans la production d’un KW viennent de l’extérieur: la centrale thermique, les compteurs», a dit Cissé.
Hadama B. Fofana

Source: Le Républicain- Mali

MaliwebEconomiemaliweb
Les syndicats de l’Énergie du Mali (EDM), le SYNACOME (Le Syndicat national des constructions civiles, des mines et de l’énergie), le SYLSEM (le Syndicat Libre du Secteur de l’Énergie du Mali) et le SYTEELEC, ont animé, le 30 avril 2021 à la Maison de la presse de Bamako, une...