La direction régionale des productions et des industries animales (DRPIA) a tenu, du 21 au 23 octobre dans ses locaux, l’élaboration du plan d’action pluriannuel sur la transhumance. Les travaux étaient dirigés par le directeur régional de la DRPIA Jean Martin Kamaté. Y étaient présents, le représentant de la Confédération des fédérations nationales de la filière bétail viande de l’Afrique de l’Ouest (COFENABVI-AO) Aboubacrine Kelly et de nombreux éleveurs venus des sept cercles de Sikasso.

 

La rencontre visait à doter chaque région d’un plan d’action pluriannuel en vue de contribuer à l’élaboration du plan d’action du Comité national sur la transhumance au Mali (CONAT). Il était aussi question d’établir le diagnostic de la situation de la transhumance aux différentes échelles (locale, nationale et transfrontalière), d’analyser les problématiques majeures, notamment les facteurs favorables et défavorables à la sécurisation de la mobilité du bétail et d’identifier les axes d’intervention et les activités pertinentes de gestion de la transhumance en vue de rendre des services réellement utiles dans les domaines de la prévention et de la gestion des conflits mais surtout dans le domaine de la production animale.

D’entrée de jeu, Jean Martin Kamaté a souligné que le plan d’action pluriannuel sur la transhumance constitue une programmation à long terme de la réalisation des infrastructures notamment les pistes pastorales, les aires de pâturages, les points d’eau, les aires de repos et des marchés à bétail. Par ailleurs, Kamaté a mis l’accent sur la situation actuelle de la transhumance dans la région. à cet effet, il a fait savoir que la transhumance se déroule dans un cadre concerté. Les transhumants de la région se rendent notamment dans les pays de la sous-région comme le Burkina Faso, la Guinée-Conakry, le Niger et la Côte d’Ivoire.

«La transhumance se fait non seulement de façon interne mais aussi externe», a-t-il expliqué avant d’ajouter qu’il y a des accords de transhumance concernant le mouvement du cheptel avec les pays auxquels les transhumants se rendent. Sur la transhumance interne, il existe des conventions locales de gestion avec les partenaires comme l’Union régionale de la filière bétail viande et les faîtières des éleveurs afin de réglementer cette activité dans la région. Le directeur régional de la DRPIA a, enfin, invité les éleveurs à s’approprier ce plan d’action pluriannuel pour l’épanouissement du secteur de l’élevage.

Denou Koné et Abel Sangaré sont respectivement les chefs des services locaux des productions et des industries animales de Kolondièba et de Yorosso. Ils sont, tous deux, participants à l’atelier. Ils se réjouissent de l’élaboration du document qui leur permettra de faire des plannings à long terme. Toute chose qui, selon eux, permettra d’échanger autour des difficultés des transhumants.

Ils déplorent notamment le non respect du certificat international de transhumance par les autorités de certains pays voisins. Au cours de la rencontre, les participants ont relevé des difficultés notamment l’insécurité (attaques) et le vol de bétail.

Mariam F. DIABATÉ

Source : L’ESSOR

MaliwebEconomie
La direction régionale des productions et des industries animales (DRPIA) a tenu, du 21 au 23 octobre dans ses locaux, l’élaboration du plan d’action pluriannuel sur la transhumance. Les travaux étaient dirigés par le directeur régional de la DRPIA Jean Martin Kamaté. Y étaient présents, le représentant de la...