Le Mali fêtera officiellement « l’Aïd-El-Fitr » le 9 juillet 2022. A la veille, l’ambiance se sent déjà dans la capitale et notamment dans le grand marché de Bamako.

 

A quelques pas de la fête des moutons, le grand marché de Bamako ou Marché Rose est bondé de monde. Les clients se fraient des passages dans les embouteillages créés par les motos et les voitures. Les marchandises : habits, chaussures, sacs et accessoires de beauté sont étalés un peu partout. Les vendeurs, entre chants et battement de tam-tam, appâtent la clientèle. Les boutiques qui sont bondées de clients.

De multiples articles sont proposés. Malgré tout, vendeurs et clients se plaignent. Madou Diarra, vendeurs de chaussures pour femmes, affirme : « les temps sont très durs, et il est difficile pour nous de joindre les deux bouts. Autrefois on importait les chaussures dans la facilité, mais aujourd’hui tout a changé, le transport et le dédouanement coûtent chers. On est obligé d’augmenter les prix de nos marchandises. Les clients se plaignent alors qu’on n’a pas le choix, on gagne très peu dans ce commence aujourd’hui et chaque jour est un défi pour nous ».

Mamadou N’Diaye commerçant de Bazin et de tissus dira à son tour que dans l’ensemble, ça va un peu pour lui. Néanmoins, il espère quand même doubler son chiffre d’affaire avant la fête.

Les clients de leur côté déplorent la hausse des prix des articles. Selon Rokiatou Samaké, une cliente qui était présente dans la boutique de Mamadou N’Diaye, malgré la hausse des prix, cela ne peut empêcher les clients des faire des achats. Car pour cette grande fête commente-t-elle, chacun veut se faire belle. « J’ai déjà acheté les habits de mes enfants. Il ne restait que pour moi-même. Je voulais acheter un basin, mais malheureusement mon argent ne suffit pas. Donc, j’ai opté pour un joli modèle de brodé mélangé avec un pagne ».

D’autres clients déplorent la hausse du prix des Bazins, comme Alimata Berthé. Cette trentenaire a opté pour le Bazin Gerstner pour la fête. « Le choix fut difficile pour moi en achetant mon Bazin car les couleurs que je préfère sont passées de 10 000 F CFA à 12 500 F CFA le mètre. Alors j’ai dû choisir selon mes moyens », déclare-t-elle.

Quant aux couturiers, ils sont débordés à la veille de la fête. Golo Keïta tailleur à Kati dira que comme les autres années, il fera de son mieux pour satisfaire toutes sa clientèle. Pour preuve, il dira que depuis le 20 juin passé, il a arrêté de réceptionner de nouveaux habits à coudre, car selon lui, mieux vaut définir une limite selon ses capacités que de décevoir un client.

Malgré les conditions difficiles, chacun veut être le plus beaux pour cette belle occasion, et tout le monde y trouve son compte.

 

Zeïnabou Fofana

SourceMali Tribune

MaliwebEconomie
Le Mali fêtera officiellement « l’Aïd-El-Fitr » le 9 juillet 2022. A la veille, l’ambiance se sent déjà dans la capitale et notamment dans le grand marché de Bamako.   A quelques pas de la fête des moutons, le grand marché de Bamako ou Marché Rose est bondé de monde. Les clients se...