Le maire de la commune rurale de Dialakorodji, Oumar GUINDO a affirmé le samedi 8 janvier que les résultats d’un rapport d’audit sur la gestion de l’Association de santé communautaire de Dialakorodji (ASACODIA) a décèle des irrégularités financières de plus de 60 millions de FCFA. C’était à la faveur d’un point de presse.

 

D’entrée de jeu, le conférencier Oumar GUINDO a expliqué que l’objectif de la rencontre visait à édifier l’opinion nationale et locale sur les questions d’intérêt local. Parmi les sujets évoqués, il a abordé sans beaucoup de détails le rapport d’audit commandité sur la gestion de l’ASACODIA. Cette décision, explique-t-il, était consécutive à la dénonciation de 2/3 du bureau de l’ASACODIA qui se plaignaient de la gouvernance peu orthodoxe de leur président Cheick KEITA.
« Ils ont convoqué une Assemblée générale le 21 avril 2021 pour dénoncer la gestion de leur structure. Au terme de cette rencontre, les 2/3 des membres du bureau de l’ASACODIA ont rendu leur démission, ouvrant la voie à un renouvellement du bureau », a rappelé l’élu communal en précisant que tous les représentants des organisations de femmes, de jeunes, la chefferie, la société civile, les imams, la Cafo, le CNJ avaient été associés à la rencontre.
En démissionnant, a précisé le conférencier, ils lui ont instruit à « mettre en place un comité transitoire à l’ASACODIA pour une durée de 6 mois afin d’organiser la mise en place d’un nouveau bureau». Ce temps imparti est arrivé à l’échéance, a-t-il indiqué avant d’affirmer que le processus de la mise en place d’une nouvelle équipe est en cours.
De plus, la population avait exigé qu’un audit soit mené sur la gestion de ASACODIA. Les résultats de cette enquête, selon le maire, a relevé un détournement de plus de 60 millions de FCFA. Il a promis que les conclusions de ce rapport seraient rendues publiques très prochainement.
Avant ces contrôles financiers, le président sortant Cheick KEITA avait commencé à convoquer l’imam, le président de la société civile et le maire devant les juridictions pour « opposition à l’autorité légitime », a regretté M. GUINDO.
Par ailleurs, il a rassuré que les actions initiées dans le cadre de la mise en place d’un nouveau bureau s’inscrivent dans la légalité en rappelant la correspondance à lui destiner par l’actuel préfet de Kati, Arouna DIARRA en date du 6 avril 2021. Celle-ci sans ambages affirme : « Si des dysfonctionnements existent au sein de l’ASACO, le maire, en assurant la tutelle des établissements publics communaux, peut demander la convocation d’une Assemblée pour replacer le bureau. »
Cependant, dans une seconde lettre, le préfet Arouna DIARRA s’est contredit en accusant le maire de dissoudre le bureau en violation des textes en la matière, a déploré le conférencier qui s’est défendu en précisant que la santé est l’une des compétences transférées aux collectivités.
«La loi a prévu des relations de collaboration et non la subordination entre les collectivités et les représentants de l’Etat», a-t-il soutenu.
A cet effet, dans son speech, le conférencier Oumar GUINDO a fait savoir qu’il avait organisé une réunion de médiation entre les parties, de Dialakorodji à Kati, qui s’est soldée par un échec.

PAR SIKOU BAH

Source : Info-Matin

MaliwebCorruptionEditorialSanté
Le maire de la commune rurale de Dialakorodji, Oumar GUINDO a affirmé le samedi 8 janvier que les résultats d’un rapport d’audit sur la gestion de l’Association de santé communautaire de Dialakorodji (ASACODIA) a décèle des irrégularités financières de plus de 60 millions de FCFA. C’était à la faveur...