S’il est vraiment un sapeur-pompier, c’est donc un anti-modèle. En effet, au lieu de venir au Csref de Lafiabougou, une structure médicale, pour y secourir des gens, Mouhamed Traoré, c’est son nom, y a semé le trouble dans la nuit du dimanche 10 octobre. Il a fallu l’intervention des éléments du Commissariat de police du 5è Arrondissement, appelés en urgence, pour arrêter ses injures et menaces envers le personnel, après avoir agressé le caissier.

Sapeur-pompier Mouhamed Traoré !” ne cessait-il de répéter au vu des policiers du 5è Arrondissement arrivés à bord de leur pick-up, pour intervenir suite à l’appel d’un des responsables du Csref présents ce soir-là. On avait oublié que le prétendu sapeur-pompier accompagnait sa mère en consultation, puisque tout le monde le poursuivait pour le suppléer de donner sa carte de l’AMO pour la pris en charge, après les supplications de la maman qui demandait pardon à tout le monde, notamment à cause de la pluie d’injures graves que son fils venait de faire tomber sur tous ceux qui étaient devant lui.

Visiblement, Mouhamed Traoré ne semblait pas jouir de toutes ses facultés puisqu’il parlait sans arrêt et ne débitait que des insanités. On a beau être courageux, mais provoquer une quinzaine de personnes dont des gaillards et se décider à les affronter au corps à corps ne relève pas de la bravoure, mais plutôt de la folie ou de la perte du contrôle de soi, comme l’ivresse. Le sapeur-pompier Mouhamed Traoré a poussé le bouchon trop loin lorsqu’il est entré jusque dans le bureau du caissier en service pour tenter de l’agresser physiquement, suite à un malentendu dû à son comportement car, visiblement, sa conscience avait voyagé et Dieu seul sait pourquoi et comment. Sa mère, effondrée, couchée à même le sol, avait oublié un moment le mal qui l’avait conduite cette soirée-là au Csref. Elle souffrait beaucoup plus du comportement de son fils. Malgré tout, le personnel médical, avec sang-froid, a assisté la mère du semeur de trouble.

En un moment donné, un agent de sécurité qui en avait marre des injures voulait en découdre avec l’effronté qui défiait tout le monde. Triste spectacle que celui de voir la mère du prétendu sapeur-pompier, avec le peu de ressources physiques qu’elle avait encore, s’accrocher aux habits de l’agent de sécurité en le suppliant de ne pas en arriver à l’affrontement. Ses pleurs et cris ont dérangé tous ceux qui étaient là-bas, mais c’est une mère en détresse qui s’exprimait, demandant à tout le monde de prier pour elle car elle a tout fait pour que son fils soit sur le droit chemin, en vain.

Cet aveu de la mère qui prouve que son fils est incontrôlable a touché tous ceux qui étaient présents et pour les résoudre à supporter stoïquement l’insolence et l’agressivité de celui qui n’est in d’autre qu’un anti-modèle de sapeur-pompier puisqu’il fait la honte de ce corps avec pareils comportements.

Il a fallu d’ailleurs que les limiers du 5è Arrondissement, qui lui parlaient avec respect et courtoisie au départ, haussent le ton, intimant avec fermeté l’ordre de les suivre au Commissariat où il a été amené en compagnie d’un des responsables du Csref.

Et quand un spectacle aussi désolant se déroule sous les yeux inquisiteurs d’un journaliste, il ne peut en rater la narration.                                  

Amadou Bamba NIANG

 Source: Aujourd’hui-Mali

MaliwebEditorialFaits divers
S’il est vraiment un sapeur-pompier, c’est donc un anti-modèle. En effet, au lieu de venir au Csref de Lafiabougou, une structure médicale, pour y secourir des gens, Mouhamed Traoré, c’est son nom, y a semé le trouble dans la nuit du dimanche 10 octobre. Il a fallu l’intervention des...