Quelques heures après la publication, le lundi 30 août dernier, de la note trimestrielle de la Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation au Mali (MINUSMA) sur les violations des Droits de l’Homme, le Collectif des membres du Conseil National de Transition (CNT) a rendu publique une déclaration pour fustiger le Rapport. De son entendement, les données concernant les Famas sont erronées.

Le Collectif des membres du Conseil National de Transition (CNT) qui a été formé en vue de parvenir à la relecture de l’Accord de Défense avec la France n’est en effet pas d’accord avec la note trimestrielle de la Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation au Mali (MINUSMA) qui révèle que 527 personnes ont été soit, tuées, blessées ou enlevées, entre le 1er avril et le 30 Juin 2021.

Le Rapport de la MINUSMA souligne qu’en plus des cas imputés aux groupes terroristes et aux milices, «des violations des Droits de l’Homme ont également été documentées lors d’opérations de sécurisation menées par les Forces de Défense et de Sécurité Maliennes (FDSM) et les Forces internationales et régionales. Celles-ci représentent respectivement (9%) et (6%) du (…)

MAHAMANE TOURE

Source: NOUVEL HORIZON

MaliwebEditorialmaliwebPolitique
Quelques heures après la publication, le lundi 30 août dernier, de la note trimestrielle de la Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation au Mali (MINUSMA) sur les violations des Droits de l’Homme, le Collectif des membres du Conseil National de Transition (CNT) a rendu publique une...