Si le premier ministre, Choguel Kokalla Maïga s’inspirait des conclusions des dernières assises entre les Maliens, cela ne lui permettrait-il pas d’aller un peu plus vite que d’en organiser ?

 

Sa personne se trouve aujourd’hui sous d’énormes soupçons de prolongation de la durée de la transition. L’organe unique de gestion des élections et l’organisation des assises nationales, voici les points qui l’opposent à la classe politique qui ne perd aucune minute pour dénoncer sa volonté de rester longtemps au pouvoir sans passer par la voie des urnes. D’aucuns vont plus loin en parlant d’écran de fumée sur ses intentions.

Au Mali, il y a un sérieux problème. Il s’agit d’accorder du crédit à ce qu’on fait et négliger ce que les autres font. Sinon il y a eu des rendez-vous entre les Maliens pour parler du Mali. La conférence nationale, le Dialogue national inclusif. Bien avant ceux-ci, l’ancien président de la République du Mali, feu Amadou Toumani Touré a engagé Daba Diawara pour écrire des textes de refondation de l’Etat du Mali. Il l’a fait avec son équipe. Toutes ces rencontres ont produit des conclusions qui sont restées dans la poussière des tiroirs.

Sur le plateau de la télévision nationale, il a signalé que même les 15% du travail que Daba a fait n’ont pas été appliqués. Qu’est-ce qui montre à Choguel que les conclusions de ses assises ne subiront pas le même sort réservé aux précédentes ? C’est du moins la question que l’on se pose.

Bazoumana KANE

Source : L’Alerte

MaliwebEditorial
Si le premier ministre, Choguel Kokalla Maïga s’inspirait des conclusions des dernières assises entre les Maliens, cela ne lui permettrait-il pas d’aller un peu plus vite que d’en organiser ?   Sa personne se trouve aujourd’hui sous d’énormes soupçons de prolongation de la durée de la transition. L’organe unique de gestion...