Au Mali, les prix des denrées de première nécessité commencent à grimper sous l’effet de l’embargo. Le gouvernement a réagi pour prévenir contre toute violation des prix indicatifs plafonds convenus. De leur  côté , les commerçants tentent de s’expliquer.

Les réseaux sociaux sont envahis par des publications indiquant la montée des prix des denrées de première nécessité. Il s’avère en effet que par endroits à Bamako, le tonne de ciment est passée de  120.000 Francs CFA  à 150.000 Francs CFA ; le sucre à 700 F et l’huile à 1450 F le litre.

La réaction du gouvernement ne s’est  pas faite attendre. En effet, dans un message de la direction générale du commerce et de la concurrence, des numéros verts ont été donnés à la population pour signaler tout cas de non-respect des prix indicatifs plafonds convenus avec les commerçants.

Pour rappel, le gouvernement avait pris la décision d’accompagner les commerçants afin que ceux-ci puissent vendre   leurs produits de façon abordable. C’est ainsi qu’il avait été convenu que des produits comme le sucre soient vendus à  500  Francs CFA le Kilo ; le riz brisé importé non parfumé à 340 Francs CFA le kg ; l’huile alimentaire locale à 650 Francs CFA le litre et le gaz butane à 2910 Francs CFA pour la B6 et 1335 pour la B3. De leurs côtés, les commerçants (…)

DEMBA KONTE

Source: NOUVEL HORIZON

MaliwebEconomieEditorialMalijet
Au Mali, les prix des denrées de première nécessité commencent à grimper sous l’effet de l’embargo. Le gouvernement a réagi pour prévenir contre toute violation des prix indicatifs plafonds convenus. De leur  côté , les commerçants tentent de s’expliquer. Les réseaux sociaux sont envahis par des publications indiquant la montée...