La clientèle de la Société malienne de Gestion de l’Eau Potable souffre le martyre depuis quelques semaines. Ça n’est pas que la faiblesse de la desserte lui inflige une corvée d’eau, mais à cause d’un dysfonctionnement très persistant du service de recouvrement. Et il ne suffit pas d’être assez liquide ou d’avoir la volonté de s’acquitter d’une facture, encore faut-il en avoir l’occasion.

En atteste les files à perte de vue qui se bousculent aux portillons des agences de la Somagep où il arrive que les usagers rentrent bredouilles au bout une longue journée d’attente sans pouvoir régler leurs factures. D’aucuns multiplient ainsi  les va-et-vient plusieurs jours durant avant de pouvoir passer à la caisse, à cause de la forte affluence de clients entassés devant les guichets.

En cause, une perturbation inhabituelle du réseau qui affecte la fluidité du service de recouvrement et qui persiste depuis quelques semaines sans solution envisageable. Aux dépens d’une clientèle  condamnés à effectuer continuellement des déplacements à ses propres frais.

Rassemblées par la Rédaction

 Source : Le Témoin

MaliwebEconomieEditorial
La clientèle de la Société malienne de Gestion de l’Eau Potable souffre le martyre depuis quelques semaines. Ça n’est pas que la faiblesse de la desserte lui inflige une corvée d’eau, mais à cause d’un dysfonctionnement très persistant du service de recouvrement. Et il ne suffit pas d’être assez...