Surpris par la détermination des autorités maliennes à tourner la « page barkhane », les autorités françaises changent de fusil d’épaule, en adoptant une « diplomatie à géométrie variable ».
« Hypocrisie, honte, indécence, mauvaise foi ». Tels sont, entre autres, les mots employés par les ministres français des Affaires Etrangères et des Armées pour qualifier l’attitude des autorités maliennes. Qui n’ont pas daigné répondre à leurs homologues français.
En Afrique, comme en Europe, on est surpris par la détermination, dont les jeunes officiers ont fait preuve, face à la pression de la France et de ses alliés. D’où les manifestations de soutien organisées par les populations ; mais aussi, en Europe, par la diaspora malienne. Partout, un seul message : le départ de l’armée d’occupation du Mali.
A l’origine de la colère française, une déclaration du Premier ministre malien, à la 76e session de l’Assemblée générale ordinaire du conseil de sécurité de l’ONU. Dans son discours, Dr Choguel Maïga accuse la France d’avoir « abandonné le Mali en plein vol » dans la lutte contre le terrorisme. Une déclaration accueillie par un tonnerre d’applaudissements par les populations maliennes devant leur poste de télévision.

Oumar Babi

Source: Canard déchainé

MaliwebDiplomatieEditorialMalijet
Surpris par la détermination des autorités maliennes à tourner la « page barkhane », les autorités françaises changent de fusil d’épaule, en adoptant une « diplomatie à géométrie variable ». « Hypocrisie, honte, indécence, mauvaise foi ». Tels sont, entre autres, les mots employés par les ministres français des Affaires...