Pour moi 2021, dans la suite de 2020, fut une année qui continua à marquer la fin d’un monde et le début d’un autre. Ce fut une année chargée d’enseignements sur l’humanité entière et son évolution (pour ceux qui suivent l’actualité en dehors de notre pays). Au Mali, «nous avons la tête sous l’eau». Cela nous empêche de voir par moment que ce que nous vivons et que nous appelons à tort «une guerre» n’est qu’une partie des conséquences de l’écroulement de ce que les pays grands conquérants d’Europe ont commencé à établir depuis l’époque du commerce triangulaire et qu’ils ont achevé avec la fin de la deuxième guerre dite mondiale en annonçant au reste du monde des règles établies pour tous par eux …

 

Des troubles du Vietnam à ceux de l’Afghanistan pour en arriver au Sahel aujourd’hui en passant par la Syrie et les attentats du 11 septembre aux Etats-Unis qui marquèrent le début des troubles sécuritaires dans le monde…. tout est lié. 2021 pour moi est l’année où il commence à être impossible de nier les failles dans les règles établies pour tous. Le monde entier, d’une manière ou d’une autre, manifeste son besoin d’équilibre dans le respect et la souveraineté des États, dans le respect des êtres humains et leurs droits, dans le respect de l’environnement.

En 2021, j’ai réalisé que nous avons besoin d’autres équilibres sur le plan géopolitique et économique dans le monde. Mais les maîtres dans l’ancien équilibre, les grands pays colonisateurs, ont tant à perdre qu’il est très difficile d’imaginer ce qui va réellement changer. La politique du diviser pour garder le pouvoir, sur tous les plans, demeure une valeur sûre. L’Afrique et ses habitants, les Maliens au Mali, sont devenus plus audacieux, moins craintifs. Mais, peut-on rêver pour autant d’être en mesure de nous construire, nous mêmes, sans l’aide qui nous conditionne psychologiquement, d’accéder à une vraie indépendance sur la base de nos ressources…?

J’attends de 2022 que nous sachions enfin où tout cela va mener. Nous avons suffisamment espéré. J’aimerais que 2022 soit une année où nous commencerons à voir qu’elle sera notre place dans un nouvel équilibre du monde sur le plan géopolitique, écologique et économique. J’attends de voir si la sagesse et l’humanité pourraient l’emporter sur le culte de l’économie.

Source : LE MATIN

MaliwebCultureEditorial
Pour moi 2021, dans la suite de 2020, fut une année qui continua à marquer la fin d’un monde et le début d’un autre. Ce fut une année chargée d’enseignements sur l’humanité entière et son évolution (pour ceux qui suivent l’actualité en dehors de notre pays). Au Mali, «nous avons...