Le Mouvement du 5 juin-Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP), fer de lance de la contestation qui a éclaboussé le régime IBK avant de parvenir à le renverser le 18 août 2020, avec l’appui des militaires du Comité national pour le salut du peuple (CNSP), est en train de se donner en spectacle. Au lieu d’accorder les violons pour refonder le pays, le mouvement perd de plus en plus sa crédibilité à cause des querelles de positionnement. Laquelle des deux tendances du M5  le Peuple croira finalement ?

 

Visiblement le ‘’gâteau’’ a été mal partagé. Comme conséquence, cette coalition hétéroclite composée d’opposants politiques, de chefs religieux et de membres de la société civile est en train de voler en éclat au grand dam de milliers de Maliens qui avaient eu la faiblesse d’esprit de croire que la lutte était pour l’intérêt du pays. Mais hélas !

Alors que le mouvement avait réussi à mobiliser des milliers de Maliens de tout bord aspirant au changement, au lieu d’accorder leurs violons pour refonder le pays, c’est une guerre de positionnement qui bat son plein actuellement entre les leaders dudit mouvement.

Créé, disaient-ils, pour lutter contre la corruption, la mauvaise gouvernance, le népotisme et l’impunité, après la chute du régime IBK,  les responsables du M5 n’ont pas tardé à montrer leur vrai visage aux Maliens. À cause des querelles de positionnement, les anciens camarades de lutte se regardent aujourd’hui en chiens de faïence.

La branche du M5 dirigée par Cheick Oumar SISSOKO, Mohamed Ali BATHILY, Konimba SIDIBE et autres accuse le Premier ministre Choguel Kokalla MAIGA de faire du mouvement ‘’une simple caisse de résonnance’’ de son Gouvernement. Selon eux, pour son agenda personnel, le PM a détruit la cohésion du M5-RFP et divisée le Peuple malien en ayant comme ligne de conduite le populisme et la marginalisation des forces politiques et sociales.

« Ont été utilisés à cette fin : la propagande, la terreur médiatique, l’abus de pouvoir (exclusions de membres du Comité Stratégique, utilisation des forces de l’ordre à une réunion du Comité stratégique,  recours abusif à l’ORTM pour humilier des membres du Comité et l’agression physique d’un membre du Comité stratégique », ont-ils dénoncé.

Par ailleurs, un appel a été lancé aux militants en ces termes : ‘’à vous qui partagez notre démarche, nous lançons un vibrant appel de nous y rejoindre afin de redonner espoir au peuple malien et qu’ensemble nous réussissons la mise en œuvre de la feuille de route du M5-RFP pour la transition en collaboration avec nos partenaires militaires et pour que le M5-RFP soit la première force politique de l’après transition pour bâtir le Mali Kura. Nous n’avons pas le droit d’abandonner notre peuple à ce triste sort’’.

En lisant entre les lignes, l’on constate que le M5 est en passe d’être transformé en parti politique. Une déviation dans laquelle de nombreux militants ne se reconnaîtront pas certainement.

Pendant que le PM est accusé d’instrumentaliser le M5-RFP à des fins autres qu’une transition de rupture avec les mauvaises pratiques de gouvernance et la refondation du Mali, le mouvement est en train d’être dévié de son objectif initial pour servir à des fins politiques. Quel paradoxe !

Dans cette situation de confusion totale, le peuple qui n’aspire qu’à la refondation du pays ne sait plus sur quel pied danser. Il est temps pour les leaders du M5 de se ressaisir et de travailler conformément à la vision initiale du mouvement, si ce n’est déjà trop tard…

PAR MODIBO KONE

Source : Info-Matin

MaliwebEditorial
Le Mouvement du 5 juin-Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP), fer de lance de la contestation qui a éclaboussé le régime IBK avant de parvenir à le renverser le 18 août 2020, avec l’appui des militaires du Comité national pour le salut du peuple (CNSP), est en train de se...