Comme à l’accoutumée, au Mali, une semaine après le mariage, la famille de la nouvelle mariée plus précisément sa mère lui offre son trousseau de mariage. Ils étaient composés de calebasse, couscoussier, des marmites, de canaris, les choses nécessaires dont la mariée avait besoin. Selon notre interlocuteur Bakoroba Diabaté griot et traditionaliste. « Quant aux côtés habits, il y avait le couvre-lit, de grands boubous fabriqués à la main. Et une fois arrivée chez elle son mari, le trousseau de mariage est trié, avec des parts enlevés pour les sœurs du marié qui se sont déplacées pour assister au mariage ».

 

Les parents, surtout la maman de la mariée, elle est prête d’aller en prison le lendemain de cette cérémonie juste pour dire que sa fille a eu le meilleur mariage. Salif, un nouveau marié nous fait part de son calvaire par rapport au trousseau extravagant de sa femme. « Je suis un débrouillard, je vis dans une chambre salon et un magasin qui sert de chambre à ma nièce qui vit chez moi. Malgré que Mme fût au courant, ses bagages étaient énormes. J’ai fait savoir qu’il n’y a pas de place pour toutes ces choses dont certaines sont inutiles à mes yeux. Et là, ma belle-mère m’oblige à prendre une autre maison alors que je n’ai pas ce moyen. Mon mariage allait être arrêté une semaine après notre union à cause  des trousseaux exagérés de sa famille ».

Bintou Diawara

Source : Mali Tribune

MaliwebEditorialSociété
Comme à l’accoutumée, au Mali, une semaine après le mariage, la famille de la nouvelle mariée plus précisément sa mère lui offre son trousseau de mariage. Ils étaient composés de calebasse, couscoussier, des marmites, de canaris, les choses nécessaires dont la mariée avait besoin. Selon notre interlocuteur Bakoroba Diabaté...