La Cour d’Assises de Bamako, en cours, en sa séance du mardi 6 avril 2021, a condamné à 10 ans de prison, deux jeunes délinquants Issiaka Samaké et Mamourou Sidibé, pour blessures volontaires sur la personne de Salimata Konaté.

 

Les faits :

Revenant de son lieu de travail, dans la nuit du 10 au 11 aout 2019, aux environs d’1heure du matin sur la route des Halles de Bamako, Salimata Konaté a été attaquée par Issiaka Samaké et Mamourou Sidibé, deux jeunes délinquants, qui l’ont poignardé à l’aide d’un couteau.

La bonne dame, tombée de sa moto, a tenté de se relever pour s’échapper. Mais peine perdue, car elle a été rattrapée par les malfrats qui lui ont arraché son sac de mains avant de l’abandonner avec une fracture à la jambe.

Secourue par des passants, Salimata Konaté a introduit une plainte contre x auprès du Commissariat du 7è Arrondissement, qui a ouvert une enquête. Laquelle s’est soldée par l’arrestation des malfrats et leur transfert à la grande prison de Bamako.

Les deux présumés coupables ont été présentés, le mardi 6 avril 2021 à la Cour d’Assises de Bamako pour « vol qualifié, blessures et violences volontaires avec armes blanche ».

Au cours du procès, les débats ont permis de mettre en évidence que les deux accusés n’avaient pas l’intention de « donner la mort » à leur victime. Finalement, les magistrats ont requalifiés les faits en «blessures graves».

A la barre, Issiaka Samaké et Mamourou Sidibé ont reconnu les faits qui leur sont reprochés. Ainsi, ils ont présenté leurs excuses à la Cour tout en demandant la clémence des jurés qui ne leur n’auraient accordé aucune circonstance atténuante. En effet, les deux jeunes agresseurs des coups volontaires ont écopé de 10 ans de réclusion.

Lire la suite sur L’Indicateur du Renouveau

MaliwebFaits diversInsoliteJustice
La Cour d’Assises de Bamako, en cours, en sa séance du mardi 6 avril 2021, a condamné à 10 ans de prison, deux jeunes délinquants Issiaka Samaké et Mamourou Sidibé, pour blessures volontaires sur la personne de Salimata Konaté.   Les faits : Revenant de son lieu de travail, dans la nuit du...