Malgré une forte mobilisation, Oumar Dembélé, 19 ans, licencié au club d’athlétisme de Nancy, a été expulsé le 11 mars, vers le Mali, son pays d’origine. Aujourd’hui il est hébergé dans une famille française a repris l’entrainement et espère pouvoir revenir en Lorraine.

Expulsé vers la Mali depuis le centre de rétention de Metz, l’athlète du Nancy Athlétisme Métropole, a été embarqué dans un avion d’Air France, menotté et les pieds liés, vendredi 11 mars 2022,

Décrit comme un modèle d’intégration par ses proches, qui dénoncent une décision injuste, le jeune homme est arrivé à Bamako avec cette question en tête : pourquoi ?
“Je ne sais pas du tout pourquoi j’ai été expulsé. La préfecture m’a dit que mes papiers n’étaient pas authentiques alors que l’ambassade me les a authentifiés”, raconte Oumar, joint par téléphone vendredi 1er avril. “Ce n’est donc pas à cause des papiers. J’ai fait la demande au préfet, mais il a refusé.”

Au sortir de l’avion, il a été accueilli par un “Monsieur”, qui l’a hébergé chez lui à Baco Djicoroni Golf, un quartier de la capitale du Mali. Grâce à son ancien club et à la Fédération Malienne d’Athlétisme, il habite aujourd’hui dans une famille française à Hippodrome, un autre quartier de Bamako.

“J’ai repris l’entraînement avec l’équipe du Réveil Athlétique de Kati (RAK), une ville située à 15 km de Bamako”, déclare Oumar avec fierté “et je suis arrivé en cinquième position lors de ma première compétition à San, dans la région de Ségou”.

Défendu par Me Yasmine Chaib, avocat au barreau de Nancy, Oumar Dembélé garde l’espoir de rentrer en Lorraine et que soit réparée ce qu’il vit comme une injustice.
“Je n’ai pas de famille ici. Ma mère est décédée quand j’étais petit”, nous confie-t-il. “Je n’ai pas d’attache au Mali. Ma famille, c’est le club Nancy Athlétisme Métropole.”

Dont il espère porter à nouveau, un jour, les couleurs.

 

Source: francetvinfo