L’invasion russe de l’Ukraine a provoqué un exode massif de civils, dont des milliers d’étudiants internationaux d’Afrique, d’Asie et du Moyen-Orient.

L’Ukraine abritait plus de 76 000 étudiants étrangers, selon les données gouvernementales de 2020.

Près d’un quart des étudiants venaient d’Afrique, le plus grand nombre venant du Nigéria, du Maroc et d’Égypte.

L’Inde représente la part la plus élevée avec plus de 20 000 étudiants.

Les étudiants – qui étudient la médecine, l’ingénierie et le commerce – constituent une partie importante de l’économie du pays.

Mais, alors que la Russie lance la plus grande invasion européenne depuis la Seconde Guerre mondiale, des milliers d’entre eux ont fui, des centaines sont toujours pris au piège et beaucoup restent incertains quant au sort de leur éducation.

Quelle était l’attraction de l’Ukraine ?

L’Ukraine attire depuis longtemps les étudiants étrangers, ce qui remonte à l’ère soviétique, lorsqu’il y avait beaucoup d’investissements dans l’enseignement supérieur et une tentative délibérée d’attirer des étudiants des pays africains nouvellement indépendants.

Aujourd’hui, les universités ukrainiennes sont considérées comme une porte d’entrée sur le marché du travail européen, offrant des prix de cours abordables, des conditions de visa simples et la possibilité de résidence permanente.

“Les diplômes ukrainiens sont largement reconnus et offrent un haut niveau d’éducation”, a déclaré Patrick Esugunum, qui travaille pour une organisation qui aide les étudiants ouest-africains souhaitant étudier en Ukraine.

“Beaucoup d’étudiants en médecine, en particulier, veulent y aller car ils ont un bon niveau pour les installations médicales”, a-t-il ajouté.

Desmond Chinaza Muokwudo, un étudiant nigérian qui était basé dans la ville de Dnirpo, a déclaré qu’il était attiré par les conditions d’admission assouplies et le coût de la vie bon marché par rapport aux autres villes européennes.

Il s’est inscrit à l’Université des douanes et des finances il y a moins de trois mois.

De nombreux cours sont proposés en anglais, mais le trentenaire suivait un cours préliminaire d’ukrainien, avant de se lancer dans des études de relations internationales.

“J’étais soudeur au Nigeria et j’avais besoin d’une éducation pour accomplir des choses”, a-t-il déclaré à la BBC depuis une auberge en Pologne après avoir fui le conflit.

“L’Ukraine était la meilleure option pour moi.”

Où sont les étudiants maintenant ?

Comme M. Muokwudo, plus de 10 000 autres étudiants africains ont réussi à fuir le conflit et à entrer dans les pays voisins, selon l’UE.

Des informations font état d’étudiants étrangers victimes de traitements racistes à la frontière, avec des images sur les réseaux sociaux montrant des responsables ukrainiens empêchant certains de traverser.

Légende vidéo,Étudiante nigériane en Ukraine : ” Ils ont dit que si tu es noir, tu dois marcher “.

On pense que des centaines d’étudiants se trouvent toujours en Ukraine, mais il est difficile de confirmer les chiffres exacts.

Un étudiant indien a été tué alors qu’il était sorti pour acheter de la nourriture.

Certains étudiants ont déclaré au podcast de la BBC 1Xtra, If You Don’t Know, que leurs universités avaient refusé de mettre leurs cours en ligne avant l’invasion, malgré des demandes répétées en ce sens.

“L’université a ignoré nos demandes et nos préoccupations pendant plus d’un mois”, a soutenu Mary, une étudiante nigériane en dernière année de médecine, qui étudie dans le nord-est de l’Ukraine.

Elle a déclaré qu’ils avaient supplié l’université de leur permettre de partir, mais, a-t-elle ajouté, on leur a dit qu’ils seraient condamnés à une amende s’ils manquaient leurs cours, ce qui est la politique habituelle de certaines universités ukrainiennes, de sorte que “nous n’avions pas le choix”.

Mary est maintenant bloquée à Sumy, près de la frontière russe, une ville qui a subi des attaques soutenues.

“Nous ne sommes pas venus en Ukraine pour tout cela, nous sommes venus pour étudier et ensuite pour rentrer chez nous”.

Elle a déclaré qu’elle et ses amis manquaient désormais de nourriture et que sortir pour se ravitailler n’était pas sûr en raison des bombardements constants.

L’université de Mary a admis qu’elle ne croyait pas que la Russie allait réellement attaquer mais a nié avoir sanctionné les étudiants qui avaient décidé de quitter le pays avant l’invasion. Elle a mis en ligne les cours pour tous les étudiants la veille de l’entrée des forces russes en Ukraine.

Christophe, un étudiant camerounais de 22 ans, a parlé à la BBC depuis l’intérieur d’un sous-sol de la ville de Kherson, dans le sud du pays, qui a été prise par les forces russes.

“Nous ne sortons pas parce que nous avons peur”.

Il a raconté que lui et plus de 20 camarades étudiants avaient passé la semaine dernière dans un sous-sol sans lumière, écoutant le son des bombardements et des coups de feu.

“C’est comme une ville morte, il n’y a personne dehors”.

Il a dit qu’il n’avait vu aucun signe de harcèlement des Africains pendant le conflit, mais il a pensé qu’il était sage de rester à l’intérieur.

“C’est la chose la plus sûre à faire en ce moment, nous ne voulons pas nous mettre en danger”.

L’étudiant en commerce international était en train de passer sa licence à l’Université technique nationale de Kherson lorsque les combats ont commencé.

“Il est difficile d’imaginer terminer ses études dans ce genre d’environnement”, a-t-il noté.

Dans un autre quartier de la ville, Mamady Doumbouya, un étudiant en informatique de Guinée a déclaré : “Je veux retourner dans mon pays, on ne peut pas étudier en temps de guerre”.

Il a parlé à la BBC depuis l’intérieur d’un sous-sol sombre entouré de ses camarades de classe du Gabon, du Sénégal et du Cameroun.

“Nous n’avons pas d’eau, nous n’avons pas de lumière”, a-t-il dit.

MaliwebInternationalVideovideo malienne
L'invasion russe de l'Ukraine a provoqué un exode massif de civils, dont des milliers d'étudiants internationaux d'Afrique, d'Asie et du Moyen-Orient. L'Ukraine abritait plus de 76 000 étudiants étrangers, selon les données gouvernementales de 2020. Près d'un quart des étudiants venaient d'Afrique, le plus grand nombre venant du Nigéria, du Maroc...