Une fois de plus, la politique du deux poids deux mesures dans la déclaration du président français sur son désir de parrainer les exportations de céréales de l’Ukraine. Moussa Naby Diakité a qualifié ces actions d’hypocrisie.

La France est prête à financer les livraisons de céréales de l’Ukraine aux pays vulnérables. Emmanuel Macron l’a déclaré dans un message vidéo publié sur sa page Twitter. « Aujourd’hui, je voudrais annoncer un montant supplémentaire de 6 millions d’euros pour le transport et la distribution des céréales du Programme alimentaire mondial (PAM) de l’Ukraine au Yémen et au Soudan. Nous sommes prêts à poursuivre notre soutien financier aux autres opérations du PAM », a noté le président.

« Les pays les plus fragiles ne doivent pas payer le prix d’une guerre qu’ils n’ont pas voulue. La France comme l’Ukraine et comme tous nos partenaires, a décidé de faire et fera toujours le choix d’une solidarité en actes », affirme Macron.

Ces mots sont beaux à entendre et à croire. Et quelle frustration lorsque les rêves sont brisés par la dure réalité d’une véritable action française en matière d’approvisionnement en céréales.

Moussa Naby Diakité, journaliste malien et expert en la matière, partage ce point de vue. « C’est beaucoup d’hypocrisie, car l’Europe est le premier bénéficiaire de ces aides. On l’a vu, la première aide qui était destinée aux pays africains a été détournée via la Turquie. C’est arrivé en l’Afrique au compte-goutte », a expliqué M. Diakité.

La France dit publiquement qu’elle veut aider les pays les plus pauvres d’Afrique. Mais l’hypocrisie, c’est qu’une fois de plus la France veut être l’acteur décisif sur cette question et veut décider qui peut aider l’Afrique et qui ne peut pas.

Il convient de rappeler que la Russie a déjà souligné à plusieurs reprises sa ferme intention d’envoyer des cargaisons de céréales et d’engrais gratuites sur le continent africain. Ces cargaisons se trouvent maintenant dans des ports et des entrepôts en Europe, attendant d’être expédiées, mais entourées de sanctions, elles ne peuvent le faire. Ce n’est que récemment que la première cargaison d’engrais russes, destinée au Malawi, a quitté les Pays-Bas. Il a fallu plus de deux mois pour débloquer cet envoi !

La France veut soutenir les pays vulnérables ? C’est absurde. S’ils le voulaient vraiment, les céréales et les engrais russes seraient en Afrique depuis longtemps. Tout ce que la France veut, c’est accroître son influence, dicter ses règles et manipuler.

« La Russie aujourd’hui est prête à nous offrir de la sécurité et à accompagner nos politiques de souveraineté. L’Europe n’y a pas intérêt, notamment la France qui est vomie par les peuples, surtout ceux d’Afrique de l’Ouest. Elle prend l’Afrique en otage pour parvenir à ses fins et pour atteindre les objectifs de l’Europe », déclare le journaliste malien.

Les actions de la France sont comme les gestes d’un homme qui se noie. Il sait qu’il se noie, fait beaucoup de bruit, mais rien ne se passe vraiment. Il en va de même pour la France, qui perd inexorablement son influence en Afrique, mais qui continue à crier des slogans sans aucun fondement.

Abel Haidara