Des groupes de défense des droits de l’homme ont critiqué le système judiciaire saoudien après qu’un rapport a révélé que plus de 100 personnes avaient été exécutées en 2022 – ramenant le nombre de décès aux niveaux d’avant Covid

 

L’Arabie saoudite est sur le point de connaître une année record d’exécutions sanglantes, le nombre atteignant déjà 120 cette année.

Le taux de peine de mort dans le pays a déjà augmenté au cours du premier semestre de l’année, à la suite du massacre massif de prisonniers – souvent pour des crimes non mortels, comme la campagne pour la démocratie.

Les statistiques décourageantes ont déclenché de nouvelles alertes de la part des groupes de défense des droits de l’homme, qui craignent que l’augmentation soudaine ne voie l’Arabie saoudite battre son record actuel de 186 décès en 2019.

L’Organisation européenne saoudienne des droits de l’homme a dénoncé le système judiciaire pour ne pas avoir réduit le nombre de tortures et de meurtres, rapporte The Mirror .

Cela survient alors que le groupe a révélé que les meurtres entre janvier et juin démontrent une augmentation choquante de 80% des exécutions par rapport à 2021 – avec plus qu’en 2020 et 2021 combinés.

L’ESOHR affirme que le manque de transparence du système signifie qu’ils n’ont appris les meurtres qu’après qu’ils aient eu lieu.

Dans son rapport, le groupe a attiré l’attention sur la décapitation massive de 81 criminels le 12 mars – lorsque plus de 70% des victimes ont été tuées pour leur implication dans des crimes non mortels.

Sur le nombre total de personnes tuées, 41 hommes – plus de 50 % – ont été massacrés pour avoir participé à des manifestations pro-démocratie.

Pour justifier les tueries , les dirigeants saoudiens ont qualifié les hommes de « terroristes » avant de les mettre devant leurs bourreaux.

L’ESOHR a rapporté qu’au moins trois des hommes ont fourni des allégations crédibles selon lesquelles ils avaient été torturés et leurs aveux forcés.

Sur 120 envoyés pour mourir, 101 étaient des ressortissants saoudiens, les 19 autres comprenant neuf Yéménites, trois Égyptiens, deux Indonésiens et un « citoyen d’Éthiopie, du Myanmar, de Jordanie, de Palestine et de Syrie ».

La grande majorité d’entre eux ont été « jugés et exécutés pour des crimes punitifs » malgré les promesses du prince héritier Mohammed bin Salman de réduire la sévérité de la peine pour ces accusations.

Quarante et un ont été tués pour avoir exercé « des droits fondamentaux, y compris la participation à des manifestations », ajoute le rapport.

37 autres condamnés ont été passés au fil de l’épée pour des crimes « inconnus », selon le rapport, affirmant que cela « reflète le manque de transparence du système judiciaire saoudien ».

Le rapport se lit comme suit : « L’Arabie saoudite continue de pratiquer systématiquement de nombreuses violations des droits de l’homme, notamment des disparitions forcées et la torture.

« Les violations s’accompagnent d’un mépris des obligations, comme l’Arabie saoudite ignore une demande de visite soumise par la décision sur la torture il y a 16 ans. »

À l’heure actuelle, deux jeunes Bahreïnis risquent d’être exécutés de manière imminente parce qu’ils ont avoué après avoir été torturés, a déclaré l’ESOHR.

Le rapport ajoute : « L’Organisation saoudienne européenne des droits de l’homme estime que le premier semestre 2022 a confirmé que l’utilisation de la peine de mort par l’Arabie saoudite se poursuit sans relâche, et considère que le nombre et la menace continue des mineurs confirment les fausses promesses de réforme ».

Source : Afrikmag

MaliwebInternational
Des groupes de défense des droits de l’homme ont critiqué le système judiciaire saoudien après qu’un rapport a révélé que plus de 100 personnes avaient été exécutées en 2022 – ramenant le nombre de décès aux niveaux d’avant Covid   L’Arabie saoudite est sur le point de connaître une année record...