Un nouveau convoi de l’ONU est attendu vendredi pour évacuer les derniers civils retranchés dans l’aciérie d’Azovstal à Marioupol, l’ultime poche de résistance ukrainienne dans ce port stratégique du Donbass, sans assurance toutefois d’une trêve dans les combats.

Malgré cette incertitude, le secrétaire général adjoint de l’ONU chargé des questions humanitaires, Martin Griffiths, avait annoncé jeudi que ce nouveau convoi se dirigeait vers la cité martyre, devenue un des symboles de l’invasion russe déclenchée le 24 février.

Le Comité international de la Croix-rouge (CICR) a confirmé être associé à cette opération, “en coordination avec l’ONU et les belligérants”, mais “insiste sur le fait qu’aucun détail ne peut être communiqué jusqu’à ce que la situation le permette, afin de ne pas compromettre gravement l’opération”.

“Nous avons réussi à évacuer presque 500 civils” ces derniers jours, a souligné vendredi le chef de l’administration présidentielle ukrainienne Andriï Iermak. “Aujourd’hui nous nous concentrons sur Azovstal”, a précisé à l’AFP la vice-Première ministre Iryna Verechtchouk.

Les informations sur la situation dans cette aciérie, où vivent retranchés dans d’immenses galeries souterraines civils et combattants, restaient néanmoins contradictoires.

Vendredi matin, le ministère ukrainien de la Défense a assuré que les forces russes avaient, “dans certaines zones, avec le soutien de l’aviation, repris les opérations visant à prendre le contrôle de l’usine”.

Le régiment Azov, qui défend ces installations, a accusé le même jour les forces russes d’avoir visé “avec un missile guidé antichar” une de ses voitures impliquées dans l’opération d’évacuation de civils, tuant un soldat et faisant six blessés.

“Chaque seconde compte”

Le président russe Vladimir Poutine a de son côté affirmé jeudi soir que “l’armée russe était toujours prête à assurer l’évacuation des civils” d’Azovstal, qui pourraient être encore au nombre de 200, piégés avec les combattants ukrainiens dans ce complexe.

Le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov a quant à lui assuré que l’armée russe respectait le cessez-le-feu autour de l’usine et que des couloirs humanitaires y “fonctionnaient”.

Ce que les militaires ukrainiens sur place ont démenti.

Le commandant-adjoint du régiment Azov, Sviatoslav Palamar, a ainsi assuré dans une vidéo que des affrontements “sanglants” se déroulaient à l’intérieur même du site et que les Russes “ne tenaient pas leur promesse” de trêve.

Sur son compte Telegram, Andriï Biletsky, le fondateur de ce régiment, a écrit vendredi matin : “A Azovstal, chaque seconde compte. Des combats sont en cours en ce moment, les bombardements ne s’arrêtent pas. Chaque minute d’attente, c’est la vie des civils, militaires, blessés. Il faut les sauver avec l’aide du monde entier”.
La prise totale de Marioupol, une cité portuaire de près de 500.000 habitants avant-guerre dévastée par deux mois de siège et de bombardements russes, serait une victoire importante pour la Russie à l’approche du 9 mai, jour où elle célèbre par un grand défilé militaire sur la Place Rouge à Moscou sa victoire sur l’Allemagne nazie en 1945.

Les Ukrainiens ont dit qu’ils soupçonnaient les Russes de vouloir organiser à cette occasion une célébration similaire à Marioupol.

“Cette année, bien entendu, c’est impossible pour des raisons évidentes”, a toutefois réagi le porte-parole de la présidence russe Dmitri Peskov.

Source: 7sur7.be

MaliwebInternational
Un nouveau convoi de l'ONU est attendu vendredi pour évacuer les derniers civils retranchés dans l'aciérie d'Azovstal à Marioupol, l'ultime poche de résistance ukrainienne dans ce port stratégique du Donbass, sans assurance toutefois d'une trêve dans les combats. Malgré cette incertitude, le secrétaire général adjoint de l'ONU chargé des questions...