(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Farhan Haq, Porte-parole adjoint de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Afghanistan

Le Secrétaire général a rendu publique aujourd’hui une déclaration dans laquelle il dit avoir appris avec tristesse les tragiques pertes en vies humaines causées par le tremblement de terre qui a secoué l’Afghanistan, plus tôt dans la journée, près de la ville de Khost.

Sur le front humanitaire, les agences indiquent que le nombre des victimes devrait augmenter avec la poursuite des opérations de recherche et de secours.

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) déploie des équipes mobiles de santé, des médicaments et du matériel médical dans les provinces de Paktika et de Khost et mobilise d’autres produits médicaux.  L’OMS a fourni 100 cartons de médicaments dans les districts de Barmal et de Giyan, dans la province de Paktika.  L’évaluation interinstitutions des besoins sera menée dans les deux districts, d’ici à quelques jours.

Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) a déployé au moins 12 équipes de professionnels de la santé dans le district le plus touché de Giyan, dans la province de Patkika et plusieurs équipes mobiles de santé et de nutrition dans le district de Barmal, toujours dans la province de Paktika, ainsi que dans le district de Spera, dans la province de Khost.

Le Programme alimentaire mondial (PAM) et ses partenaires humanitaires mènent une mission d’évaluation de la vulnérabilité dans les régions éloignées qui ont été frappées par le tremblement de terre.  Le PAM a prévenu que la catastrophe ne peut que faire augmenter des besoins déjà massifs, dont ceux des 19 millions de personnes qui vivent dans une insécurité alimentaire.

Les agences humanitaires indiquent que les autorités de facto répondent aux conséquences de la catastrophe, y compris par des efforts de recherche et de secours.  Toutefois les lourdes pluies et les vents violents compromettent ces efforts, empêchant les hélicoptères d’atterrir cet après-midi.

Les gens dont les habitations ont été endommagées ou détruites trouvent refuge dans des familles et chez des amis mais certains d’entre eux vivent à l’air libre.  Les autorités de facto ont fourni de la nourriture et des tentes à certaines de ces familles mais il en faut plus.

Compte tenu des lourdes pluies et du froid inhabituels en cette saison, les abris de secours sont la priorité immédiate.  Les autres besoins immédiats sont la prise en charge des traumatismes, les produits non alimentaires, l’aide alimentaire et l’accès à l’eau et aux services d’assainissement et d’hygiène.

M. Ramiz Alakbarov, Coordonnateur résident et Coordonnateur humanitaire pour l’Afghanistan est intervenu pendant le point de presse.

Mali

Dans une déclaration rendue publique, le Secrétaire général condamne dans les termes les plus fermes les dernières attaques au Mali.

Libye

Les Nations Unies regrettent que plusieurs étapes importantes de la feuille de route du Forum de dialogue politique libyen, adoptée à Tunis en novembre 2020, n’aient pas été franchies en 2021, en particulier la tenue des élections générales, le 24 décembre 2021.

La feuille de route fixe l’expiration de la phase de transition au 22 juin, donc aujourd’hui, si les élections présidentielle et législatives se tiennent, ce qui n’est pas le cas.

L’ONU exhorte donc les leaders libyens à éviter de se servir de la date du 22 juin, comme d’un instrument de manipulation politique.  L’ONU les encourage au contraire à redoubler d’efforts pour maintenir le calme et la stabilité, en ce moment critique de la transition politique en Libye.

La priorité des Nations Unies reste de faciliter le retour à un processus électoral, basé sur un cadre constitutionnel et juridique consensuel pour l’organisation des élections.  L’ONU demeure fermement convaincue que les élections sont le seul moyen de renouveler la légitimité démocratique de toutes les institutions libyennes.

Cérémonie commémorative

Ce matin, le Secrétaire général a prononcé un discours à la cérémonie organisée pour saluer la mémoire des membres du personnel des Nations Unies qui ont perdu leur vie dans l’exercice de leurs fonctions, l’année dernière.

Nous pleurons, a-t-il dit, devant un nombre record de collègues qui ont perdu leur vie, soit 485, en une seule année.  Soixante-dix Casques bleus, dont un policier, et 414 membres du personnel civil issus de 104 nations des quatre coins du monde ont perdu la vie.

Je promets de poursuivre mon travail avec le même dévouement et le même courage qui ont caractérisé leur travail.  Puisse leur mémoire servir de bénédiction et d’inspiration pour nous tous, a ajouté le Secrétaire général.

République centrafricaine

Ce matin au Conseil de sécurité, la Cheffe de la Mission des Nations Unies en République centrafricaine (MINUSCA), Mme Valentine Rugwabiza, a déclaré que depuis sa prise de fonctions, elle s’est particulièrement impliquée dans les efforts visant à revitaliser le processus politique et à repositionner la force de la Mission pour une meilleure protection des civils.

Elle a expliqué que la Mission a réajusté son concept d’opérations et encore plus qu’auparavant, accordé la priorité à son approche préventive centrée sur les populations civiles qui méritent d’être débarrassées de la peur où qu’ils vivent dans ce vaste territoire d’Afrique centrale.

Mme Rugwabiza a ensuite répondu à quelques questions de la presse.

Yémen

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) indique que les agences concernées demeurent préoccupées par une détérioration sensible de la crise humanitaire, dans les prochaines mois, compte tenu principalement des problèmes économiques, dont une monnaie nationale de plus en plus faible et l’envolée des prix causée par la guerre en Ukraine.

Le Plan de réponse humanitaire 2022 pour le Yémen n’est financé qu’à hauteur de 26%, forçant la réduction voire la clôture de programmes essentiels.  En conséquence, des millions de vies sont en danger.

Les agences humanitaires préviennent que la réduction de l’aide, qui touche tous les secteurs, ne peut que compromettre les perspectives de progrès politiques, après tout le travail ardu qui a mené à l’accord sur la trêve et à sa prorogation.

L’ONU exhorte les donateurs à accroître leurs contributions immédiatement pour éviter une autre détérioration de la situation.

L’ONU salue aussi la réunion des hauts responsables sur le Yémen, prévue aujourd’hui et demain à Bruxelles, à l’invitation de la Suède et de la Commission européenne.  La réunion est une occasion importante pour les donateurs et les agences d’élaborer une stratégie sur les principaux problèmes auxquels se heurte la mise en œuvre du Plan de réponse, dont le sous-financement, les problèmes d’accès et l’insécurité.

Moyen-Orient

M. Tor Wennesland, Coordonnateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, a condamné la mort d’Ali Harb, un Palestinien qui aurait été poignardé hier par un colon israélien près de Salfit, en Cisjordanie occupée.  Il a présenté ses condoléances à la famille du défunt.

M. Wennesland a ajouté que les auteurs de cette violence doivent répondre de leurs actes et être rapidement traduits en justice.

Soudan

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a prévenu aujourd’hui de la hausse des niveaux d’insécurité alimentaire au Soudan et annoncé qu’elle va intensifier son aide aux agriculteurs et aux éleveurs jusqu’à la fin de l’année.

La FAO a prévu d’aider plus de 2 millions de personnes, grâce à un large éventail d’interventions consistant à soutenir les récoltes, le bétail et la production de légumes, à transférer de l’argent et à réhabiliter les infrastructures et les systèmes d’irrigation vitaux.

L’agence dit que l’insécurité alimentaire résulte de la conjugaison du conflit armé, des troubles économiques et de la faible production des céréales les plus consommées.  La récolte de la saison 2021-2022 devrait chuter d’un tiers par rapport à celles des saisons précédentes.

FAO a besoin de 51,3 millions de dollars pour fournir son aide jusqu’à la fin de l’année.

Éthiopie

La FAO prévient que dans certaines parties du nord de l’Éthiopie, les agriculteurs courent le risque certain de perdre la majeure partie de ce qu’ils ont planté entre les moins de juin et d’août, s’ils ne reçoivent pas de toute urgence un appui de la communauté internationale.  La FAO dit craindre la dégradation d’une situation déjà grave en matière de sécurité alimentaire, dans la région.

La FAO prédit une prochaine saison des pluies favorable et propre à offrir la chance d’améliorer l’accès à la nourriture dans la région.  Au Tigré, la plupart des agriculteurs ont fini de préparer leur champ et attendent le début de la saison des pluies.  Toutefois, la FAO prévient que l’accès limité aux intrants, en particulier les fertilisants et les engrais, menace gravement la saison.

La FAO et ses partenaires cherchent à collecter immédiatement la somme de 96 millions de dollars, en se concentrant sur le temps limité que le Gouvernement éthiopien a fixé pour acheter des fertilisants au prix de revient.

Costa Rica

L’Équipe de pays des Nations Unies, dirigée par la Coordonnatrice résidente, Mme Allegra Baiocchi, aide les autorités à mettre en œuvre des mesures contre les discours de haine et la discrimination.  En général, le nombre de ces discours a augmenté de plus de 70%, l’année dernière.  Ce constat vient d’une étude que l’Équipe de pays vient d’achever, laquelle étude dit aussi que les hommes publient plus de 60% des messages négatifs.  L’étude a eu recours à l’intelligence artificielle pour analyser les contenus sur les réseaux sociaux et a découvert que les gens impliqués dans la politique, les membres de la communauté LGBTQI et les femmes sont les plus ciblés.  L’Équipe réitère son appel à un dialogue constructif pour s’attaquer à la discrimination et réaffirmer que la politique et les processus électoraux doivent être des espaces pour les solutions et pas pour la haine.

Samoa

Le pays a enregistré son premier cas de transmission communautaire de la COVID-19, le 17 mars dernier.  L’Équipe de pays des Nations Unies, dirigée par la Coordonnatrice résidente, Mme Simona Marinescu, appuie les initiatives du Gouvernement sur le contrôle de la transmission et la relance post-COVID.  Au mois de mars, le bureau de la Coordonnatrice résidente a travaillé avec la « Mercy Ships Australia » pour faciliter l’acheminement de 9 600 tests antigènes rapides.  L’UNICEF a aussi continué de contribuer à la campagne nationale de vaccination, en partenariat avec le Gouvernement australien, ce qui lui a permis d’assurer la livraison de 70 200 doses de vaccin, tout en formant le personnel médical et en appuyant les campagnes de sensibilisation aux risques.

 

Source: Onu

MaliwebInternational
(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies) Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Farhan Haq, Porte-parole adjoint de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU: Afghanistan Le Secrétaire général a rendu publique aujourd’hui une déclaration dans laquelle il dit avoir appris avec tristesse les tragiques pertes...