Le 19 mars 2011, avec la bénédiction des Nations-Unis, un armada apocalyptique pilonnait la Libye de Mouammar Kadhafi jusqu’au 31 octobre 2011 après l’assassinat de ce dernier. Durant les attaques, les pays engagés ont volontairement outrepassé le mandat des Nations-Unis.

Nous connaissons et subissons les conséquences de ces actes de piraterie internationale dans le Sahel en particulier et dans toute l’Afrique en général.

Les dirigeants africains, qui se disaient “amis” de l’Occident, ont appris l’attaque par la radio et la télé comme n’importe quel quidam selon le témoigne de l’ancien Président du Niger Mamadou Issoufou. Quel mépris !

Ce précédent funeste n’a pas servi de leçon aux dirigeants africains, notamment ceux de la CEDEAO. Sanctions illégales après sanctions stupides ils ont rejoint la meute Occidentale et hurlent plus forts que leurs maîtres contre le Mali… Ces mêmes dirigeants africains persiflent, font les gros-yeux t et trompettent contre les dirigeants maliens à la demande de ces mêmes occidentaux dont les actes ont crée le chaos au Mali et dans bien d’autres pays comme le Burkina Faso, le Niger, le Tchad, le Cameroun, le Nigeria.

Les pays qui ont contribué à instaurer les massacres de masse sur le continent africain, directement par leur engagement dans les hostilités contre la Libye et surtout son dirigeant ou indirectement sont les suivants: l’Albanie, l’Allemagne, la Belgique, la Bulgarie, le Canada, la Croatie, le Danemark, l’Espagne, l’Estonie, les États-Unis, la France, la Grèce, la Hongrie, l’Islande, l’Italie, la Lettonie, la Lituanie, le Luxembourg, la Macédoine du Nord, le Monténégro, la Norvège, les PaysBas, la Pologne, le Portugal, la République tchèque, la Roumanie, le Royaume-Uni, la Slovaquie, la Slovénie et la Turquie.

A ces États se sont ensuite ajoutés la Suède, le Qatar, la Jordanie, les Émirats Arabe Unis. Pourtant, l’OTAN, créée en 1949 dans la droite ligne de la doctrine Truman d’endiguement du communisme afin d’éviter sa propagation vers les pays d’Europe de l’Ouest n’a plus de raison d’exister avec la chute du mur de Berlin et la disparition de l’URSS en 1989 et 1991. Mais au lieu de suivre la voie du Pacte de Varsovie qui réunissait l’URSS et ses pays satellites. L’OTAN est passée du statut d’organisation militaire défensive à une redoutable machine guerrière et prédatrice à travers le monde. Son but est de faire main basse sur les ressources du monde afin d’empêcher l’émergence de nouvelles puissances qui pourraient ravir aux USA et ses alliés la place prééminente dans le monde. Cela est d’autant plus préoccupant pour l’OTAN et l’Occident en général que des pays émergents, les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, South Africa), pays qui menacent économiquement l’OTAN et ses alliés sont justement la Russie, la Chine, l’Inde. L’Afrique du Sud, le Brésil sont en embuscade.

Certains de ces pays Occidentaux et/ou de l’OTAN comme la France (surtout ce pays), la Belgique, l’Angleterre, responsables de l’agonie des peuples africains, sont les mêmes qui, aujourd’hui, instrumentalisent les dirigeants de la CEDEAO contre le Mali. Ils ne supportent pas que des dirigeants de ce pays “périphérique” refusent d’obéir à l’ordre mondial qu’ils ont établi depuis la fin de la deuxième guerre mondiale à travers les institutions de Bretton-Wood que sont le FMI et la banque mondiale en 1944. Ces deux institutions ne sont que des banques étasuniennes contrairement à ce que leurs noms essaient d’imposer à l’imaginaire des citoyens du monde. Elles ont imposé des rapports de suzeraineté, donc de domination, avec les autres institutions financières du monde. Ce rapport de domination économique et monétaire est en train d’être mis en cause par des pays émergents et cela insupporte à Washington, Berlin, Paris, Londres entre autres. L’assassinat de Mouammar Kadhafi est partiellement lié à sa volonté de créer une monnaie africaine que redoutent ceux qui voudraient gérer le monde à leur guise: L’OTAN et ses supplétifs circonstanciels.

Dans cette farce tragique, comme souvent, l’Afrique est le dindon de la farce. Des dirigeants de la sous-région (Nigeria, Ghana…), sous le charme de promesses de la Saint Glin-glin acceptent le rôle de “collabos”.

Cela rappelle les quelques rois d’Afrique qui ont contribué à l’esclavage transatlantique (mais beaucoup ignoraient le sort des pauvres bougres qu’ils vendaient). Il rappelle aussi les supplétifs africains incorporés aux armées coloniales qui ont massacré leurs frères sous les ordres des colonisateurs. Aussi, ces dirigeants de l’Afrique contemporaine comme les Félix Houphouët Boigny, Oumar Bernard Bongo qui étaient utilisés pour torpiller toutes les initiatives panafricaines.

Voilà donc nos nouveaux traitres africains qui guerroient comme de beaux diables à la CEDEAO pour faire plier les autorités maliennes, les obliger à rejoindre le rang des satrapes sous contrôle de l’Occident. Des vizirs velléitaires bêtes et méchants. Les peuples d’Afrique sont tous fiers de la posture des autorités maliennes actuelles qui se réapproprient cette dignité africaine piétinée partout jusque dans nos propres pays.

Ce qui répugne aux pays de l’OTAN et leurs alliés au plus haut point, dans le cas du Mali, c’est la prise du pouvoir par des militaires qu’ils ne contrôlent pas et qui ont commis l’outrecuidance de relancer la coopération militaire avec la Russie. Et pour assombrir le tableau, les autorités maliennes ne sont désignés que sous le vocale péjoratif de” junte” et l’armée de la Russie est réduite à Wagner.

Wagner, le diable absolu dans la communication médiatique en Occident. Pourtant, les preuves indéniables des accointances de la France et Wagner en Libye sont établies. Une information de la BBC News du 12 août 2021 sous les responsabilités des journalistes Nader Ibrahim à Londres et Ilya Barabanov à Moscow avait évoqué le sujet. Les journalistes disent qu’en Libye la France et le groupe Wagner soutiennent le même homme: le Maréchal Khalifa Haftar. En définitive, Wagner est supportable en certains lieux lorsque les intérêts sont convergents et il reçoit une volée de bois verts lorsqu’il s’oppose aux oukases de l’Occident.

Cet Occident est responsable de tous les crimes de l’histoire: esclavage, traitre négrière, extermination des Amérindiens, des guerres mondiales, génocides au Viet Nam, Madagascar, Cameroun, guerre du Biafra… Et ce n’est pas fini.

Les Africains ridicules appliquent les bréviaires qu’ils mettent en place. Tous les leviers sont utilisés pour déstabiliser les pays réfractaires: les chefs religieux locaux (suivez mon regard), les jeunes désœuvrés et pauvres payés pour tuer leurs frères (djihadistes), les roitelets, la zizanie créée entre les communautés, la désinformation, la manipulation, le mensonge.

En Occident, très peu de journalistes informent réellement, ils sont, pour l’écrasante majorité, au mieux dans la communication institutionnelle (RFI, France24, la Voix de l’Amérique…) et au pire, toujours les mêmes, dans la désinformation. L’affaire du charnier de Gossi est édifiant sur le sujet.

Nous sommes à un tournant majeur de l’histoire humaine, ou l’Afrique se réveille enfin, ou elle restera la chose des autres groupes humains.

Je dis haut et fort que le djihadisme, tel qu’il apparait en Afrique, est une création occidentale. Cet Occident crée le chaos qui lui permet de se réinstaller durablement pour piller et massacrer, massacrer et piller. .

Pour ces gens seul compte l’objectif, peu importe le moyen utilisé.

Yamadou Traoré

Analyste politique

Source: L’Aube

MaliwebInternational
Le 19 mars 2011, avec la bénédiction des Nations-Unis, un armada apocalyptique pilonnait la Libye de Mouammar Kadhafi jusqu’au 31 octobre 2011 après l’assassinat de ce dernier. Durant les attaques, les pays engagés ont volontairement outrepassé le mandat des Nations-Unis. Nous connaissons et subissons les conséquences de ces actes de...