En Syrie, 23 soldats gouvernementaux et combattants alliés ont été tués par le groupe État islamique dans le centre du pays ces dernières 48 heures, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH).

Avec notre correspondant à Beyrouth,  Paul Khalifeh

Les soldats syriens et leurs alliés sont morts lors d’une série d’attaques lancées par le groupe État islamique et dans des opérations de ratissage menées par les troupes gouvernementales dans différents secteurs du désert central de la Badia.

Les troupes au sol étaient appuyées par l’aviation russe qui a lancé une trentaine de raids, ce qui n’a pas empêché les combattants de l’organisation jihadiste de lancer des assauts et de tendre des embuscades.

Les jihadistes, encore bien implantés

Parmi les victimes figurent un général de l’armée syrienne et un officier des Gardiens de la révolution iranienne tué sur la route menant de la ville antique de Palmyre, au centre, à la province orientale de Deir Ezzor, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme.

La poursuite des attaques de l’EI malgré les offensives successives de l’armée syrienne montre que l’organisation jihadiste est bien implantée dans ce vaste territoire allant de la province centrale de Homs à la frontière avec l’Irak à l’est.

Depuis la disparition du califat territorial de l’EI, en mars 2019, l’armée syrienne a perdu plus de 1 500 soldats et les jihadistes un millier de combattants dans cette région désertique.

MaliwebInternational
En Syrie, 23 soldats gouvernementaux et combattants alliés ont été tués par le groupe État islamique dans le centre du pays ces dernières 48 heures, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH). Avec notre correspondant à Beyrouth,  Paul Khalifeh Les soldats syriens et leurs alliés sont morts lors d’une série...