Plusieurs décès ont été enregistrés ces derniers jours en Espagne, au Brésil et en Inde. Avec la propagation de la maladie à travers le monde, les autorités sanitaires s’attendent à une hausse du nombre de morts.

 

Deux morts en Espagne, un décès en Inde, un autre au Brésil et un au Pérou. Pour la première fois, cinq décès provoqués par la variole du singe, ou Monkeypox, ont été enregistrés hors d’Afrique, où la maladie est endémique et a été détectée pour la première fois chez l’homme en 1970. Au total, dix décès sont à déplorer à travers le globe pour le moment – mais aucun, à ce stade, en France. Selon le dernier bilan de Santé Publique France, mardi 2 août à midi, 2 239 cas ont été recensés, dont une majorité (1 375) signalés en Île-de-France. Au total, 45 personnes ont été hospitalisées, dont 37 pour complications liées à la variole du singe.

Une augmentation du nombre des décès en lien avec la variole du singe est à prévoir, a estimé le 30 juillet le Bureau régional de l’OMS pour l’Europe, après l’annonce des premiers décès hors d’Afrique. “Compte tenu de la poursuite de la propagation de la variole du singe en Europe, nous nous attendons à plus de décès”, a déclaré dans un communiqué Catherine Smallwood, une responsable des situations d’urgence de l’OMS Europe. “La notification des décès liés à la variole du singe ne change pas notre évaluation de l’épidémie en Europe. Nous savons que, bien que spontanément résolutive dans la plupart des cas, la variole du singe peut entraîner de graves complications”,

Source : L’Express