Après une riche carrière émaillée de succès, Marimar est désormais une école pour la jeune génération. Nafi Diabaté – de son vrai  nom- est d’une grande humilité et cultive l’amour du prochain comme le veut la religion musulmane qu’elle pratique avec une forte dévotion.

C’est dans sa luxueuse villa  sise à Boulkassoumbougou que la native de la Cité des balanzans nous a reçu le vendredi 9 avril 2021. Il était 16 heures, heure du rendez-vous. Le temps de terminer sa prière, la star se mit tout de suite à notre disposition pour parler de sa vie d’artiste mais aussi de quelques questions d’actualité. Entretien ! 

‘’Le Challenger’’ : si l’on demandait à madame de se présenter à nos lecteurs, que leur dirait-elle ?

Nafi Diabaté : Je suis Nafi Diabaté dite Marimar ! Je suis griotte originaire de Ségou, la Cité des balanzans.

Ces dernières années, on ne vous voit pas et l’on n’a pas de vos nouvelles? Avez-vous une explication à cela?

Oui, bien sûr ! D’abord chaque chose a son temps. Je me fais rare sur les scènes, mais ce n’est pas que j’ai baissé les bras. C’est tout simplement parce qu’on prend de l’âge. On doit accompagner la jeune génération qui monte, ne serait-ce qu’avec des conseils.

Je ne dis pas que je suis totalement partie mais je ne ferai plus comme avant. Je ne peux plus être dehors tous les dimanches, samedis et jeudis, non ! Je participe certes à des cérémonies, mais pas comme avant.

En dehors de la musique, de l’art, je consacre mon temps à ma religion. J’ai fréquenté l’école coranique à bas-âge. Je suis musulmane et pratiquante. Quand on aime Dieu, ce n’est pas la peine de le crier sur tous les toits. Allah  est dans le cœur et non sur les lèvres. Quand on l’adore, quand on prie, on ne le fait pas pour Lui, mais pour soi-même.

Nafi Diabaté a quand même des projets?

Je n’ai pas d’autre projet si ce n’est d’encadrer la jeune génération désirant faire carrière dans la musique et l’adoration d’Allah comme je le fais depuis toujours. Je reste là pour mes fans mais pas comme avant du fait de mon âge.

Si vous devriez envoyer un message à vos fans, que leur diriez-vous !

Un seul mot, remerciement ! …Je rends grâce à Allah, mon créateur, qui m’a fait admirer par des milliers de fans. A mes fans je dis merci ! Je les aime tous… !

Nul n’ignore que notre Mali traverse le pire moment de son histoire.  Quel message avez-vous pour vos concitoyens ?

Je leur dis de tout faire pour préserver la cohésion, l’union. Je leur dis aussi et surtout de supplier Dieu. Il arrive souvent qu’on oublie Dieu et ses recommandations et cet oubli n’est autre que notre imperfection. Donc, revenons à Dieu ! Le Tout Puissant veut seulement qu’on sache qu’Il est là. Il se manifeste en nous à travers des maladies, des crises… C’est pourquoi on doit implorer Son pardon.

Je prie Dieu afin qu’il ramène la paix et la cohésion au Mali et partout dans le monde. Certes, il y‘a la crise chez nous. Mais, il n’y a pas que nous car la crise-là est planétaire et, Seul Dieu en a la solution. Prions et implorons-le pour Son pardon !

Propos recueillis par Bourama Camara

Source: Le Challenger

MaliwebCulture malienneInterviews
Après une riche carrière émaillée de succès, Marimar est désormais une école pour la jeune génération. Nafi Diabaté – de son vrai  nom- est d’une grande humilité et cultive l’amour du prochain comme le veut la religion musulmane qu’elle pratique avec une forte dévotion. C’est dans sa luxueuse villa  sise...